Une France 100 % énergie renouvelable en 2050 : c’est possible.

Imaginez un pays où l’énergie provient uniquement du vent, du soleil, des vagues. Une énergie propre, renouvelable.
Imaginez un pays sorti du nucléaire.
Imaginez un pays ou l’énergie verte produite dépasse jusqu’à trois fois nos besoins.
Imaginez un pays ou, au moins on ne culpabilise plus de l’énergie que l’on prend de nos prises.
Imaginez un pays ou cette énergie nous coûte à pleine plus cher que l’ancienne, non renouvelable et crasseuse.
Un rêve n’est-ce pas ? Une utopie… Impossible ? Un truc de bisounours impossible à atteindre ?
Eh bien non.
C’est ce que dévoile un rapport très sérieux divulgué par Mediapart, qu’on stocke aussi sur le blog : 261245927-le-rapport-100-energies-renouvelables
Alors oui, on n’a pas pour habitude de relayer des news, de parler d’actu, mais il semblait nécessaire de mettre en accès direct ce rapport qui voudrait être caché.

A vous de voir s’il vous semble important de diffuser ce rapport.

Plus d’infos (ce sont tous les liens qui parlent de ce rapport à l’heure où nous écrivons ces lignes)  :

Vous pourriez également aimer ceci :

10 commentaires sur “Une France 100 % énergie renouvelable en 2050 : c’est possible.

  1. Je ne voudrai pas insulter les bisounours, mais même si la France se lançait dans cette course aux énergies renouvelables, le nucléaire serait toujours là.

    Il faut entre 20 et 40 ans pour démanteler une centrale nucléaire. Bien entendu, le fait de faire ça à la chaine réduirait le nombre d’années; mais je ne suis guère optimiste. Sur toute la planète il n’y a eu que quelques démontage de centrales – une demi-douzaine à peine, si je me souviens bien.

    Second problème, et de taille, le coût d’un démantèlement. L’année dernière, l’AIEA avait chiffré le démontage d’une centrale à environ, 20 milliards d’€, quand on connait la façon de calculer des chercheurs de cette organisation, il est plus sage de multiplier ce chiffre par deux.

    Partant de là, faites vous-même le calcul (40 milliards X le nombre de centrales en France) et vous obtiendrez un montant astronomique, montant qu’il faudra bien payer un jour, et ce n’est pas EDF et Aréva et leurs milliards de perte qui vont s’en acquitter. Donc, si on part du principe que ce sont les clients d’EDF qui vont payer la note, le prix du KWh risque d’être un peu plus élevé que 119€…

    D’un autre côté, vu que les centrales nucléaires françaises doivent durer de plus en plus longtemps, l’entretien va coûter de plus en plus cher. Donc, d’une manière ou d’une autre, le prix de l’électricité n’est pas prêt de diminuer. Surtout qu’EDF est à moitié privatisé…

    1. Je rejoint l’avis de Caligula :

      Attention à ce que l’on peut lire sur le 100% renouvelable, il y a beaucoup de lobbying. Le problème des énergies renouvelables, c’est qu’on ne sait pas stocker l’énergie pour l’instant, tant que cette technologie ne sera pas acquise, je pense qu’il ne faut pas trop se précipiter dans le 100% renouvelable.

      De plus, êtes-vous prêt à payer votre énergie 2 FOIS plus cher comme nos chers voisins allemands ? Qui eux font croire qu’ils avancent avec l’énergie verte alors qu’ils font tourner les usines à charbon à fond les manettes en cas de « manque de soleil ou de vent ».

      Pour l’instant le nucléaire est la technologie la plus efficiente et la moins polluante. De plus le nucléaire n’a pas attendu l’éolien pour avancer, de nouveau minéraux sont à l’étude permettant de produire encore plus avec moins de matière (je faire en sorte de vous retrouver les sources).

      1. On peut être d’accord sur certaines choses, mais pour moi le nucléaire est une grosse merde qui ne devrait pas exister… Mais il est là et il faut faire avec. On n’a donc pas le choix et EDF et le gouvernement non plus, du coup il a été accordé à EDF de prolonger de dix ans l’utilisation des centrales, et dans dix ans, il sera encore prolongé de dix ans, etc, etc…

        Pour ce qui est des nouveaux matériaux, leur utilisation n’est pas prête d’être efficiente. Et si Aréva et EDF tentent de trouver des échappatoires, c’est uniquement que l’uranium va devenir non pas de plus en plus rare, mais de plus en plus cher à extraire…

        Je ne parle même pas de l’EPR, ce n’est pas demain la veille qu’il produira quoi que ce soit.

        La seule solution pour que l’électricité soit plus verte: laisser les particuliers bricoler leurs propres production dans leurs jardins (quand ils en ont un, bien entendu).

  2. Désolé de ne pas être aussi optimiste quand à cette idée d’un pays aussi peuplé que la France pouvant être un jour autonome en énergie, uniquement via la production renouvelable…après avoir tenté de saisir tous les tenants et aboutissants du rapport, qui apporte des éléments vraiment très intéressants. Je ne suis pas totalement convaincu par celui ci…
    Je vais tenter de structurer mon avis en essayant d’être exhaustif, même si je sais que dans mon ignorance je vais forcement oublier des points qui invaliderons surement ce que je m’apprête à dire.

    Certes l’idée est belle mais avec notre modèle de société ce n’est pas près d’arriver, avec la logique d’avidité on se trouvera toujours à utiliser ce qui sera le moins cher, le plus rentable, et donc les investissements lourd que ça requierera quand l’humanité aura la technologie nécessaire ne se ferons probablement pas, même quand la chandelle du fossile sera brûlée par les deux bouts.
    Ceux qui aurons les capitaux préférerons surement se réfugier en se construisant un sanctuaire plutôt que d’affronter le problème.
    Il faudra donc probablement une énorme crise humanitaire et bon nombres de désastres pour qu’ensuite des communautés ayant encore gardées suffisamment de connaissances technologiques s’y mettent de leur coté, poussées par la nécessité.
    (oui je sais c’est très farfelu et plutôt science fiction…mais bon…la bonne science fiction donne parfois des pistes intéressantes pour imaginer l’avenir.)
    Je doute aussi que ça puisse marcher pour 9 milliard d’habitants, ni même pour 80 millions sur la surface de la France, sans complètement transformer la majorité des surfaces habitable de la planète, au détriment des écosystèmes (je ne parle pas uniquement d’occupation de l’espace par la productions mais surtout des zones en général « anthropisées », ou au moins occupées).
    Il est vrai qu’a une époque, des groupes de scientifiques avaient tentés de trouver des moyens de prolonger la durée de vie du nucléaire, notamment en utilisant des isotopes utilisables plus abondants dans la croûte terrestre (comme le Thorium, se dégradant en uranium, dans les réacteurs avec un cycle thermique au sodium), mais c’est évidemment encore plus dangereux, et la plupart de ces projets sont ralentis car aussi jugés trop coûteux, et pas assez « utiles » au moment de leur découverte.
    Si un tel nucléaire existe je suis pour, du moins pour qu’il serve à réguler et servir de « sécurité » (bizzare associé à nucléaire, mais bon si l’on me reparle des différents grands drame je répondrais que c’est ce qui arrive quand on construit dans une zone de subduction hautement volcanique et sismique, ou que l’on joue avec les protocoles de sécurité…) par production plus stable, et dans une moindre mesure dans des zones sures, afin de pallier aux limites actuelles des technologies de l’éolien, solaire, géothermie etc…

    Il faut voir le nombre d’éoliennes ou de panneaux solaires à installer pour arriver à la production d’une seule tranche d’un réacteur nucléaire.
    Reste d’autres technologies en cours que l’on essais encore de rendre utilisable comme la fusion thermonucléaire (voir froide),
    Mais d’ici là c’est la seule source d’énergie puissante et constante que nous ayons en ce moment, le tout sera de réussir à temps le tournant technologique en s’en servant, à augmenter considérablement le rendement des énergies renouvelables si l’on veux espérer l’appliquer en gardant la société dans un forme comparable à celle actuelle, vivable malgré tout ses défauts (bruyante, fortement consumériste…totalement libéraliste), en supposant que ce soit possible (je suis sur que l’effet photovoltaïque a ses limites au niveau de la matière).
    Mais surtout rendre les installations remplaçable, facile à entretenir ou du moins démontables et recyclables (à défaut de pouvoir durer éternellement…je pense notamment à un « vrai » recyclage des panneaux solaires, et non juste une reconversion), 20 à 30 ans de durée de vie pour une éolienne en mer si je me souviens bien, ce n’est pas énorme.
    Renouvelables certes, mais pas encore totalement propres (combustion de bois, méthane de la biomasse, fonte du silicium actuelle plus ou moins directement par le charbon/gaz…vive le CO2…les conditions prévues de base changerons d’elles mêmes comme le climat).
    Tout comme les voitures électriques, pourquoi pas tant, que l’on arrive à récupérer et recycler le mieux possibles les métaux stratégiques employés, en espérant qu’il y en ai assez, car certains existent en quantités tellement infime dans la croûte terrestre qu’on mettra peu de temps à en épuiser les gisements…
    De plus il me semble avoir lu quelque part mentionné dans mes cours de physique qu’il est possible de produire un courant électrique (faible) à partir d’une source de chaleur sans passer par un cycle vapeur mécanique…il faudrait que je retrouve mes sources, mais il me semble que c’est utilisé dans l’aérospatial.

    Il n’y a de plus nulle part ou fondre ni disperser (en égalant la radioactivité naturelle) la quantités de déchets produite par une aussi grande population actuellement, alors on stocke de manière condensée en espérant que ça tienne pour les prochaines dizaines de millénaires. Je crains même que l’on ai pas été assez vite, et que l’on à profité de cette stabilité en oubliant que le nucléaire était l’outils pour se remplacer, et c’est maintenant que les centrales arrivent en fin de vie…

    Au final je crains juste que tout ça soit difficilement applicable à la logique de croissance éternelle (que ce soit de biens, richesse, population etc…), et si oui, que ça ne dure pas très longtemps. La Terre attendra surement ses limites avant, à moins de penser un peu plus sur du très long terme.
    Le seul truc qui m’attriste c’est que si l’humanité échoue, vu le temps que mettent les énergies fossiles à se reformer, elle ne laissera pas à une future espèce « intelligente » éventuelle au hasard de l’évolution dans quelques dizaines ou centaines de millions d’années d’espérer se développer technologiquement en passant par un cycle énergie fossile facile à exploiter, pallier d’une certaine stabilité, époque industrielles, charnière pour espérer s’en passer ensuite.

    PS: Je m’excuse d’avance pour la pavé qu’est ma réaction, n’hésitez pas à contre argumenter (je préfère que l’on me prouve que je pense à tort dans tous les cas, ce sera mieux que mon pessimisme acquis ^^), ou simplement à bloquer au cas ou j’aurais mis une énormité sans m’en rendre compte…

    1. T’inquiètes pas pour le pavé, c’était très intéressant !
      On peut difficilement te contre argumenter sur les questions techniques (on n’a pas le bagage pour) ; cependant je retiens deux choses :
      « Certes l’idée est belle mais avec notre modèle de société ce n’est pas près d’arriver »
      « je crains juste que tout ça soit difficilement applicable à la logique de croissance éternelle  »
      Oui en effet, on est bien d’accord. C’est impossible d’avoir, ne serait-ce qu’une amélioration en terme d’énergie renouvelable, si l’aspiration à la croissance est toujours aussi intense -entre autres folies-. C’est pour ça qu’on a relayé cette news, c’est ce genre de projet à long terme, si ambitieux qu’il nécessite d’énormes changements de société, de mentalités, (et aussi de beaucoup de volonté pour résister à la pression de certains lobbys) dont on a besoin pour métamorphoser positivement la société et . Mais attention, j’ai toujours le mauvais pressentiment d’une dictature verte qui peut être probable en cas d’évolution catastrophique du climat etc (moi aussi je dois lire trop de SF :D).
      En attendant, je rejoins ce que disais Caligula plus haut, la transformation peut venir des citoyens ; mais il faut absolument les autoriser à produire de l’énergie renouvelable s’il le peuvent/veulent.
      Je pense à reportage d’arte par exemple, où une association en Inde formait les femmes de pays pauvres à fabriquer leurs panneaux solaires : c’est le genre d’initiative qui également peut vraiment apporter des changements vertueux. http://future.arte.tv/fr/sujet/decroissance (dans « l’urgence de ralentir » il me semble)
      [maj du commentaire ; j’ai validé le commentaire sans finir mon développement :D]
      Si certes, je suis d’accord avec  » l’idée est belle mais avec notre modèle de société ce n’est pas près d’arriver », par contre je pense qu’il est possible de changer le modèle de société : en commençant déjà à vivre dans une société dont on réinvente les règles. D »un point vue individuel, personne ne nous force à croitre continuellement en possessions, à dépenser toujours plus d’énergie, d’argent et de consommer à mort. Ça, c’est un projet à la portée de chacun, et cela veut pas dire vivre dans une grotte non plus. En cela, je vois la crise comme une opportunité, mais bon là je vais m’arrêter parce que j’ai déjà trop écrit dessus 😀 ( https://hackingsocialblog.wordpress.com/2014/01/30/chomage-solution-crise/ )

  3. Quelques arguments supplémentaires, parce que tout cela commence à être théorisé :
    Rumpala Yannick, « Formes alternatives de production énergétique et reconfigurations politiques. La sociologie des énergies alternatives comme étude des potentialités de réorganisation du collectif », Flux 2/2013 (N° 92), p. 47-61
    URL : http://www.cairn.info/revue-flux-2013-2-page-47.htm
    Le texte en version gratuite peut se trouver sur Internet.

  4. à lornar & viciss0hackso :
    Si je comprends bien vos arguments, le passage à une énergie 100% renouvelable n’est pas possible pour les raisons suivantes :
    – le coût nécessaire des infrastructures à mettre en place
    – la mutation profonde des mentalités consuméristes en mentalités qui pensent l’avenir (et pour cela, nécessité éventuelle d’une catastrophe majeure pour provoquer une crise de conscience : sur ce point, lornar, tu vas un peu loin dans la science fiction : un peu de temps suffirait je pense)
    – l’abandon nécessaire du nucléaire, qui est bien plus rentable.
    – des alternatives renouvelables ou durables mais polluantes (déchets radioactifs)
    Tout cela est vrai, mais pas suffisant :
    Je pense que les deux centrales nucléaires qui sont près de chez moi à Dijon http://www.agence-france-electricite.fr/dijon/edf-dijon-agence-numero-telephone-adresse/ produisent assez d’électricité pour fournir la plupart des centrales alentour. EDF a augmenté les prix du kWh de l’electricité pour construire des protections autour des centrales nucléaires. Conséquences : que l’on passe au 100% renouvelable ou non, les prix de l’énergie augmentent
    La société évolue de toute façon, et ce bien plus rapidement que l’on pense : à l’époque de ma grand-mère, les docteurs conseillaient aux femmes de fumer pour perdre du poids !
    – on découvre de jour en jour des énergies alternatives, des associations, des mouvements, des tas de gens de bonne volonté prêts à abandonner la voiture pour le vélo, à créer des économies communautaires réduites, à mettre leurs forces en commun pour créer des initiatives originales…

    Il faut continuer à avoir espoir en le changement rapide de la société. tout ce que l’on a vu en quelques décennies comporte une part de bon et une part de mauvais.
    Tâchons de prendre le bon pour créer le monde de demain.

    MErci en tout cas pour ce partage d’infos.

    CdR

  5. « Une France 100 % énergie renouvelable en 2050 : c’est possible. »

    Ce titre est erroné, celui du rapport est « Vers un mix électrique 100% renouvelable en 2050 »

    Ça parle juste de l’électricité, et pas de l’énergie dans son ensemble.

    Je ne vous ferais pas l’affront de vous demander si vous saisissez la nuance, mais si on considère la part de de l’électricité dans la consommation énergétique Française (24%, dont environ 30% produite par transformation d’énergie fossile)

    Source:
    http://www.observatoire-electricite.fr/La-consommation-d-energie-en

    Ce n’est pas rien, mais ça ne résoudra pas les problèmes liés au pic pétrolier.

    La voiture électrique en tant que copie de la voiture thermique moderne (1500 Kg / 100 Km/h) je n’y crois pas du tout, on déporte les problèmes en confondant énergie et réservoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*