[GF] Expérimenter et vivre un forum IRL

Depuis 2015 chaque année nous avons la chance de participer à l’expérience du forum IRL aux Geek Faëries, et chaque année est si unique en son genre qu’il est assez difficile de qualifier, décrire le « format » de cette expérience qu’est le forum IRL. Je pense qu’on pourrait dire de ce moment qu’il est une expérience d’horizontalité, où chaque individu participe et construit la discussion autour de thèmes importants, où chaque intervention a son importance dans le moment que nous construisons tous ensemble. C’est un moment très libre, flexible qui nous a personnellement beaucoup enrichis humainement parlant et on l’espère vous aussi. Ce sont des rencontres avec des personnes, ayant une activité sur Internet ou non, que l’on n’oublie pas. Ce sont des rencontres si constructives, que personnellement, nous, nous ne les avons pas oubliées et encore aujourd’hui nous nous les remémorons souvent lorsque nous pensons nos ouvrages sur le site ou la chaîne.

 

Pour préparer l’expérience de cette année, nous avons concocté un petit programme avec des intervenants : si certes il y a des horaires et des thèmes, les intervenants ne sont pas ici en conférence ou en mode dédicace, mais bien pour échanger horizontalement avec vous, construire ensemble la discussion et avec toute la liberté d’aller au-delà des sujets si la discussion nous y mène. Tout le monde est légitime à prendre la parole, tout le monde est enrichissant à écouter. Le forum IRL n’a pas de cadre strict (si ce n’est le respect de chacun et la bienveillance, mais c’est à l’honneur sur tout le festival) c’est-à-dire que même en présence ou absence des intervenants, nous vous invitons vivement à poursuivre la discussion, à échanger dans ce lieu de belles interactions humaines. Ainsi, les horaires ci-dessous sont plus des points de repère sur la probabilité des thèmes dont nous parlerons à ce moment-là et une indication des personnes présentes. Par exemple, pour le thème de l’anonymat à midi avec Korben et nous-même, cela veut dire que nous serons tous présent durant toute la première heure, puis ensuite c’est « Free » cela ne veut pas dire que c’est la fin de la discussion, ce sera peut-être la continuité de l’échange, peut-être le début d’un nouveau débat hors du sujet de départ, peut-être que ce sera une enquête sur une question qui nous a tous conquis au fil de la discussion, peut-être qu’à ce moment-là des groupes se seront formés pour parler de thèmes différents autour ou non des intervenants qui seront peut-être là ou non. Quoiqu’il en soit, c’est un moment vraiment horizontal, nous vous invitons vivement à être tout autant acteur de ce beau moment que nous, dans l’écoute, dans la discussion, dans l’échange, dans la construction de ces thèmes.


Samedi 10 h 30: L’empowerment, comment agrandir son champ d’action ? (hacking social)

En français on parle aussi d’autonomisation : il s’agit pour les individus de saisir leur pouvoir d’action, de saisir les situations pour y trouver du pouvoir non en termes de statuts (par exemple le stéréotype du chef qui donne des ordres, domine autrui), mais en termes d’actions : par exemple, changer une situation de travail déplaisante pour rendre les gens heureux, casser des mécaniques de harcèlement pour éviter la souffrance d’autrui, transformer une situation d’ennui en une phase de créativité, etc. L’empowerment, c’est trouver où retrouver ses moyens d’action, prendre sa liberté et en faire quelque chose pour changer la situation pour soi, pour les autres, pour créer des environnements meilleurs. À cela, j’aimerais poser tellement de questions, est-ce qu’il y a eu des situations très difficiles que vous avez réussi à contrer, à transformer en quelque chose de positif pour vous et les autres ? Est-ce qu’un jour, dans une situation où vous vous sentiez résignés, déprimés ou choqués, vous avez pris une décision qui a radicalement changé les choses ? Est-ce que vous avez assisté un jour à l’action d’une personne qui a rendu un moment pénible en une aventure qui a été formidable ? Est-ce qu’il y a eu des livres, des œuvres cinés ou autres qui ont un jour été un déclic qui vous a donné un nouvel horizon qui a changé votre vie ou la situation ? Est-ce qu’il y a eu des rencontres où le fait d’observer certaines personnes qui, par ce qu’ils ont fait ou dit, vous ont ouvert des possibilités, et cela a-t-il changé votre vie ? Qu’est-ce qui nous bloque dans nos envies d’empowerment, quels sont les fardeaux qui nous empêchent d’œuvrer ? Qu’est-ce qu’on peut faire pour nous libérer de ces poids qui freinent cette action positive qu’on voudrait faire pour le monde ? Ou bien comment s’est-on libéré de certains fardeaux qui nous bloquaient ? Comment on a franchi les obstacles que la société ou l’environnement nous posait ? Et comment on pourrait les franchir si on n’a pas encore réussi à les dépasser ? Etc. C’est clairement une liste non exhaustive de tout ce dont on pourrait parler.


Samedi 12 h : L’anonymat : pour vivre heureux vivons cachés ? (Korben + Hacking social)

13 h : Free

L’anonymat est une valeur forte d’Internet, où dès les débuts, il était impensable et hors de question pour les internautes d’utiliser leur vrai nom par exemple. L’anonymat c’est aussi devenue une nécessité dans certains contextes et pour certains engagés, afin de contrer la surveillance accrue du Net tant par les gouvernements que par les sociétés privées ; c’est devenue une valeur à défendre qu’on peut essayer de garantir via certaines techniques accessibles à tout internaute. L’anonymat est également accusé par certaines personnes comme étant une facilité pour exprimer et faire n’importe quoi, mais est-ce vraiment la majorité des anonymes qui se comporte ainsi ? On parle trop peu de la face « positive » de l’anonymat, de ceux qui savent être responsables derrière le pseudo, c’est pourquoi nous tenions a en parler, notamment avec quelqu’un qui connaît plus que bien Internet sous toutes ses coutures, techniques comme culturelles. On pourra se poser des questions sur les techniques d’anonymat, sur la surveillance du net, sur vos pratiques ou vos souhaits, sur cet internet non-anonyme qui peut poser problème (facebook…), bref tout ce que vous voulez !

Vous ne connaissez pas Korben ? Voici son site :


Samedi 14 h : « Libérez la langue : normes, usages et orthographes » (Linguisticae + Hacking social)

15 h : Free

La langue déchaîne les passions, voire les guerres, sur le Net ou IRL : on accuse les réformes de l’orthographe, les inventions de langage des jeunes sont moquées, les fautes sur le Net sont traquées par les grammar nazis qui se font un malin plaisir d’humilier l’auteur des coquilles, les personnes sont décrédibilisées si elles ne maîtrisent pas un brin de grammaire à l’écrit, on s’entre-tue pour des guerres de clan entre « autant pour moi » VS « au temps pour moi ». Ces guerres en valent-elles vraiment la peine ? La langue doit-elle rester figée ou peut-elle accepter des néologismes, des inventions et autres nouveautés ? Est-ce aux institutions de décréter le bon du mauvais ? Au-delà de cela, la langue est aussi une arme d’influence, nous pourrons également aborder les fameux « éléments de langage » des politiques et essayer de comprendre ensemble comment des mots peuvent porter une idéologie, décrédibiliser une autre, être un marqueur parfois implicite. On pourra parler des mots et expressions qui nous choquent ou au contraire qu’on a intégrés parfaitement sans questionner, mais dont le sens profond ou caché devrait nous alerter (comme « vidéoprotection » à la place de vidéosurveillance », « neutraliser » à la place de tuer, « ressources humaines » comme si l’humain était du minerai à exploiter, etc.). Comprendre la langue et ses bifurcations ou utilisations diverses, est-ce devenir plus libre ?

Vous ne connaissez pas Linguisticae ? Voici sa chaîne YT et son site : 

Une vidéo d’une de ses chaînes :


Samedi 16 h : La fiction comme remède à la discrimination (Pilote + Hacking social)

17 h : Free Continuation possible jusqu’au soir

Depuis quelques années, les séries TV ont pris un essor considérable, notamment grâce à Internet et le partage qu’il permet, au point où la qualification « TV » paraît parfois un peu hors sujet 😀 ces séries permettent des histoires beaucoup plus longues qu’au cinéma, avec des personnages très riches en belle complexité, dans des environnements tout aussi riche de réalisme dans leur non-facilité. Ces deux points peuvent-ils être un remède à la discrimination ? En présentant de façon non stéréotypée des personnes diverses, complexes dans des environnements et des situations beaucoup plus riches, peut-on susciter de plus grandes réflexions ? Est-ce qu’un personnage d’une série peut nous rendre plus tolérants ? Est-ce que voir vivre, même en fiction, d’autres milieux que le nôtre nous permet d’être plus ouverts d’esprit ? Est-ce que la fiction nous permet de comprendre mieux le comportement d’autrui dans le réel et donc d’aborder la vie quotidienne avec plus de sérénité ? Est-ce que cela ouvre des champs de réflexion sur les discriminations voire même est-ce que cela peut être inspirant pour militer contre les discriminations, donner de nouvelles idées ? Évidemment, encore une fois ces questions sont non exhaustives, ce sera à vous d’en poser d’autres ou d’en répondre à d’autres.

Vous ne connaissez pas Pilote ? Voici sa chaîne YT :

Une vidéo d’une de ses chaînes :

Sa conférence de l’année dernière en compagnie de Gull :


Dimanche 10 h : Qu’est-ce que ça signifie être rebelle ? (Pouhiou + hacking social)

11 h : Free

Dans sa vision la plus stéréotypée et la plus accusatrice, le rebelle est considéré comme un jeune qui se contenterait de s’habiller différemment, dénoncerait à tout va tout ce qui l’énerve, et aurait un comportement marginal, se droguant et refusant tout appel raisonné de la société, tout en ne faisant strictement rien de sa vie si ce n’est parader en tant que rebelle. Mais ce stéréotype n’est-il pas totalement erroné ? Dans l’expérience de Milgram, celui qui dit « non », qui refuse la situation, se rebelle, s’avère être une personne souvent peu rebelle dans les apparences, timide, à fleur de peau, introvertie ou encore discrète et peu accusatrice. La force de se rebeller n’a donc que faire des apparences, elle est un élan qui serait accessible à toutes les personnes sensibles à leur environnement, quelle que soit leur vie sage ou non, leur personnalité ou leur vie. Être rebelle, est-ce dire non à tout ? Est-ce qu’un rebelle peut être bien inséré dans la société et être rebelle « de l’intérieur » ? Est-ce que des traits comme la douceur, la gentillesse peuvent-ils être profondément rebelle ? Peut-on être introverti, timide et pourtant savoir élever la voix pour dire non ? Peut-on être hypersensible, émotif et saisir cette émotion pour changer la situation, l’environnement voire le monde ou l’on vit pour le bonheur de tous ? Y a-t-il vraiment un portrait type du rebelle ou est-ce que ce sont les actions qui font ou non la rébellion de chacun ? Le rebelle est-il une personne en guerre ou peut-il aussi être un constructeur à toute heure ? Connaît-on des rebelles du quotidien, discrets, qui révolutionnent les jours pour le bien-être de tous ? Etc.

Vous ne connaissez pas Pouhiou ? Voici son site :

Une de ses conférences de l’année dernière aux GF :


Dimanche 12 h : surpasser la contrainte de son corps dans la société ( calidoscope/seriously + hacking social )

13 h : Free

Notre société de consommation nous pousse à cultiver des préjugés et des jugements sur l’apparence et nous impose des « formats » de corps à avoir. Que ce soit dans les magazines de genre (féminins ou masculins), dans la pub, dans les modèles vantés, dans les injonctions à faire des régimes ou du sport uniquement dans des buts esthétiques, nous sommes véritablement oppressés par ces exigences implicites. Les femmes en premier lieu, subissent une pression continuelle à avoir telle ou telle apparence, à suivre des modèles de beauté impossibles à tenir sans y passer les 3/4 de sa vie en termes de temps et, mais aussi de pensée, d’auto-jugement, de culpabilisation. Ce modèle centré sur l’apparence a aussi conquis l’espace masculin, en imposant des normes physiques et en culpabilisant les corps qui ne suivent pas ces normes arbitraires, dictées par la mode et la société de consommation. Il est donc essentiel, pour retrouver son pouvoir d’action, son empowerment et tout simplement une vie plus sereine et riche d’expériences positives, de surpasser ces préjugés, ces jugements, ces culpabilisations. Comment accepter son corps au-delà des préjugés ? Est-ce que cela ne passerait pas d’abord par cesser de juger autrui sur des questions physiques ? Comment arrive-t-on à faire taire ce juge intérieur qui nous culpabilise de notre apparence ? Quels bénéfices tirent-on de se débarrasser des préjugés ? La beauté, l’esthétique est-elle a chercher ailleurs que dans des simples critères d’apparence ? Etc.

Vous ne connaissez pas Seriously ? Voici ses deux chaînes YT :

Une vidéo d’une de ses chaînes :


Dimanche 14 h : Se réapproprier la politique par l’humour, le politiquement (in)correct (Odieux Connard)

Humour et politique font bon ménage, parfois de façon grinçante quand par exemple des politiciens semblent être en spectacle permanent, nous arrachant quelques rires plus nerveux que sincères, car il s’agit bien de la réalité et de personnes qui ont un très fort pouvoir entre leurs mains. Et si un moyen de dénoncer, souligner les problèmes politiques, faire comprendre les problèmes n’était pas d’employer l’humour, cette fois venant « d’en bas » ? L’humour noir permet-il de prendre conscience de certaines choses ? Comment faire de l’humour sur des questions parfois houleuses ? Être apolitiquement correct, via l’humour, est-il une position qui nécessite un cadre ? Autrement dit, peut-on rire de tout, y a-t-il des limites qu’on doit se poser ou faire poser ? Est-ce que l’humour, lorsqu’il est lié au politique, permet de nous rassembler, peut-on le rapprocher d’une forme d’engagement ou de militance ? L’humour est-il, un pas vers l’empowerment en opposant le rire contre la résignation ? Etc.

Vous ne connaissez pas Odieux Connard ? Voici son site et sa chaîne YT :

Une vidéo d’une de ses chaînes :


On vous dit à ce week-end !

Pour info l’image d’en-tête est une photo du forum IRL aux GF2015, « anonymisée » via prisma (hé oui ça peut servir à flouter élégamment les visages :D)

Gull Hackso Écrit par :

Gardien de l'île d'Horizon, grand amateur de ricochet nocturne.

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "[GF] Expérimenter et vivre un forum IRL"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Caliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
Invité
Caliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

« hé oui ça servir à flouter élégamment les visages 😀 »
Je moi bien content de savoir le… 😛

« les intervenants ne sont pas ici en conférence ou en mode dédicace, mais bien pour échanger horizontalement avec vous »
On peut avoir des précisions sur le fait « d’échanger à l’horizontal » ? Comme je viens en célibataire… 🙂

Sinon, ben je vais pouvoir troller IRL, et ça aussi c’est le pied !

bob soviet
Invité

hacking social + l’odieux connard
ooooooooohhhhhhh MON DIEU ÇA VA ÊTRE GÉNIAL

trackback

[…] Le management : parent pauvre de l'innovation Selon un sondage Ipsos de 2013, l'innovation est confiée à 72 % aux fonctions Recherche & Développement, Qualité et Marketing, ce qui représente entre 5 à 8 % de l'effectif. [GF] Expérimenter et vivre un forum IRL. […]

wpDiscuz

Livres piratables