En toute puissance, manuel d’autodétermination radicale

Et voici notre nouveau livre !

! Attention ! le site Lulu met automatiquement en dollars, mais vous pouvez changer pour mettre en euros dans le menu de leur site, en bas.

L’epub n’est pas prévu pour le moment.

C’est un gros livre format A4, de 631 pages.


Résumé


« Manuel d’autodétermination radicale »

Je l’admets, c’est un sous-titre qui pourrait tout aussi bien évoquer l’ennui académique, que susciter une adhésion ou une répulsion politique : on pourrait croire à un appel à la révolution pour qu’un peuple se libère de ses oppresseurs, tant ces deux termes – autodétermination radicale – sont associés au champ politique. Il ne s’agit pas vraiment de cela.

Nous parlerons d’autodétermination au sens psychologique : ce manuel est une quête pour tenter de trouver une part de puissance dans nos existences sociales, une part de libération et de transformation pour construire, résister, être, pour faire preuve de courage et changer nos environnements sociaux.

Cette autodétermination sera radicale en ce sens qu’elle « agit sur la cause profonde de ce que l’on veut modifier », l’un des sens du mot radical : j’estime que cette quête de libération personnelle ne peut se faire que dans l’action, pour tenter d’améliorer les environnements sociaux, et tenter de résoudre les causes premières des problèmes qui nous affectent ou affectent autrui. S’y mêlerait une forte conscience quant aux problèmes de notre société, une conscience des douleurs, et sur l’engagement – radical – d’une compassion courageuse.

Vous voici donc avec un manuel non de développement personnel, mais de développement social.

En se basant sur la théorie de l’autodétermination de Deci et Ryan, ainsi que sur d’autres notions en psychologie (expérience optimale, compassion, domination sociale, autoritarisme, manipulations…), nous allons partir ensemble en quête pour tenter de trouver des moyens d’agir face à des situations sociales difficiles qui envahissent tout autant nos jobs que nos institutions publiques, allant parfois jusqu’à des violences extrêmes. Et la bonne nouvelle, c’est que cette théorie, couplée à d’autres connaissances et autres expériences concrètes de transformation des environnements sociaux, nous offre quantité de voies, à notre portée, qui que nous soyons, avec l’immense bénéfice de, peut-être, donner à notre existence un bien-être épique.


Thèmes


Sur le plan académique, on y parle de la théorie de l’autodétermination, de Carl Rogers, du flow (Csikszentmihaly), de la pleine conscience, de la soumission à l’autorité, de la réactance, du conformisme, de la pression sociale, de la compassion, des compétences socio-émotionnelles, de la personnalité altruiste (Oliner), des thèmes de vie (Csikszentmihaly), de l’être et de l’avoir (Fromm) de l’autoritarisme (RWA/SDO Altemeyer, Pratto et Sidanius), etc.

Puis on active toute cette connaissance pour la faire se confronter à des difficultés IRL : dans des entreprises à mode autoritaire, dans des environnements professionnels néolibéraux, face à la violence policière, face aux dérives dans les EHPAD et dans certains hôpitaux, etc.

On rencontrera au passage des résistances, voire de petites révolutions : on parlera et décortiquera les recettes de la désobéissance altruiste (merci à celles et ceux qui ont témoigné <3), du lancement d’alerte, d’émancipation de 600 nonnes d’un coup (Carl Rogers <3), de sauvetages involontairement héroïques, de justice transformatrice, etc.

On verra des constructions reposant sur un autre paradigme, ni autoritaire ni néolibéral mais bien autodéterminé et autodéterminateur, mettant à l’honneur l’autonomie et l’autogestion avec un succès sur tous les plans : on explorera des nouveaux modes d’éducation, Buurtzorg, la justice restauratrice, etc.

J’ai déjà publié au cours de ces 4 dernières années quelques-uns de ces dossiers (ceux qui sont en hyperliens dans la liste au-dessus), mais ils sont sous des formes différentes et entremêlées dans le livre : tout est connecté avec tout, afin de montrer la puissance des outils pour résoudre les problèmes ou améliorer les structures sociales. Et c’est très loin de n’être que de la théorie.

C’est là.

C’est accessible à tous.

On peut le faire.


Une aventure de ouf


Difficile pour moi de résumer en un petit paragraphe l’aventure qu’a été ce livre. J’ai commencé les recherches pour trouver des solutions afin de construire un monde qui ne formaterait pas selon des modèles autoritaires ou néolibéraux, dans la continuité de tout ce que nous avons fait avec Hacking Social depuis le départ : quelle joie de découvrir je ne sais combien de recherches, essais, et même expériences concrètes qui répondaient à cette question ! Quel bonheur d’étudier cette masse de solutions autodéterminantes, d’en voir décrit les effets, de pouvoir en soupeser la joie des gens ! J’ai eu une chance intersidérale de pouvoir me plonger dans ces sources, elles étaient d’un empuissantement de dingue.

Si dingue que mon esprit critique m’a dit : oui, mais… Personne ne croira ça possible tant que l’idée que l’humain est mauvais/con persiste. Si on pense l’humain mauvais/con, on ne fait rien de massif pour améliorer ses conditions (vu que ce serait un cas désespéré), donc toute tentative d’autodétermination est rejetée. Il ne s’agissait pas non plus de croire l’humain de nature « bonne », mais au moins de l’envisager comme changeant selon les circonstances, du mieux au pire. Peut-être qu’ils avaient raison, ces penseurs de l’homme mauvais/con ? En ce cas, toute tentative d’améliorer les conditions pour plus d’autodétermination étaient inutiles, puisque si l’humain est mauvais ou con, alors il faut le contrôler, ce qui est à l’opposé de l’autonomie prônée par la théorie de l’autodétermination.

Alors j’ai fait une recherche sur ce pire, à savoir les génocides, pour mettre en jeu cette idée. Les descriptifs des tortures et massacres m’ont traumatisée, j’ai parfois connu des petites dissociations. Mais est-ce que le déterminant de ces horreurs était la nature mauvaise ou conne de l’Homme? Non. L’humain s’adapte, et parfois il se plie à des structures ou des modes de fonctionnement épouvantables parce qu’il est un animal social et qu’il veut « bien faire ». Et également parce qu’il est un animal social, il peut tout aussi bien faire l’exact inverse de ce qu’on lui demande en temps de génocide, et se mettre à résister et à sauver au péril de sa vie, parce qu’il a eu la chance au moins une fois dans son existence de voir et d’apprécier la valeur merveilleuse d’un environnement prosocial et autonomisant. Alors il y a besoin de construire ces environnements prosociaux altruistes et que chacun puisse les apprécier.

Cette recherche ne m’a pas démontré que l’humain était con ou mauvais, ni qu’il fallait le contrôler tant c’était un monstre, mais qu’au contraire nourrir son autonomie était la meilleure des préventions contre ces horreurs, alors que de le contrôler permettait au contraire de faciliter ces horreurs.

Voilà que je me retrouvais avec une montagne de recherches passionnantes que j’avais commencé à mixer et retranscrire selon mes modes habituels.

Puis j’ai commencé à faire des plans chelous sous forme de niveaux de donjon parce que c’est ce qui paraissait le plus logique…

J’ai décidé de tout refaire, car il était nécessaire que je me dépasse aussi, que je transforme ma plume, transforme mes patterns. Là, ce sont des recherches sur le game design qui m’ont inspirée : ne vous attendez pas à un jeu pour autant, mais cela a été pour moi la création d’un nouveau paradigme d’écriture que d’essayer de penser comme un game designer.

Je n’ai jamais connu plus grand casse-tête à mettre en place, mais lorsque j’ai pu éprouver cette nouvelle structure, j’ai ressenti la libération de possibilités que cela engendrait et c’était dingue à vivre : ce bouquin aurait pu être infini, parce que la structure pouvait alors s’ouvrir à tout de façon à peu près cohérente.

À un moment j’en ai fait une carte parce que j’avais besoin de me repérer

Point de vue lecteur, je ne sais pas si ça se ressent ; Chayka m’a dit être un peu décontenancée au début, puis comprendre et adopter cette forme de chemin au fur et à mesure jusqu’à l’apprécier (elle pense d’ailleurs s’en inspirer à l’avenir dans son écriture des vidéos). Peut-être que votre expérience sera totalement différente, je n’en sais absolument rien.

Finalement, j’ai pu terminé l’organisation du bouquin grâce à cette unique feuille tâchée (désolée), mais qui m’a bien servie, alors je lui rend hommage ici.

Ce dont je suis certaine, c’est que j’ai tout donné pour ce livre, je me suis dépassée, j’ai fait le maximum dont j’étais capable, tant lors de ma phase d’auteure puis d’éditrice noob : cela ne veut pas dire que j’ai fait « parfait » (loin de là), mais tel que j’estimais que cela devait être en fonction de ces sujets et de l’énergie particulière que je voulais y charger. Ainsi, j’ai parfois créé mes propres règles, mes propres standards. Là aussi cela pourra perturber les plus adeptes des normes classiques (je fais des néologismes et des anglicismes par exemple), mais cela a été décidé parce que cela avait un sens particulier dans la structure que je créais.

Bref, j’espère que ETP vous donnera autant de bonheur, d’espoir, de force qu’il m’en a donné à travers l’exploration de ses sources , le défi de sa création, et que sa singularité ne soit pas trop perturbante 🙂


Infinie gratitude


Cet ouvrage aurait été impossible sans l’œuvre de plus de 500 personnes1, sans compter tout ce monde que recèle chacune des recherches, des enquêtes, des témoignages que portent les auteurs, les autrices, les lanceurs d’alerte, les chercheuses et chercheurs. C’est un immense honneur que d’avoir eu la chance de pouvoir avoir accès à tout ce travail, ainsi j’ai aussi une immense gratitude pour ceux qui permettent l’accès à l’information, que ce soit les bibliothèques universitaires ou non, les auteurs, les maisons d’édition ou les structures qui parfois décident de laisser en libre accès leurs recherches, Alexandra Elbakyan et tous ceux, inconnus, qui partagent l’info, la libèrent.

Un immense merci également aux courageux témoins, lanceurs d’alerte et désobéissants altruistes : vous êtes une source d’espoir incroyable, et un merci spécial à ceux avec qui j’ai eu la chance de discuter. J’ai aussi une immense gratitude pour les journalistes d’investigation comme ceux qui osent s’infiltrer pour nous montrer des aspects de la réalité qui nous sont normalement inaccessibles.

Ils nous offrent un empuissantement énorme, merci infiniment à eux tous.

Si j’ai voulu faire ce livre, c’est parce que les œuvres de cette bibliographie m’ont touchée, m’ont inspirée, m’ont passionnée, m’ont enrichie, m’ont transformée : j’aimerais que la bibliographie en fin d’ouvrage ne soit pas juste une liste de références, mais peut-être une façon d’aller plus loin, de trouver peut-être mieux, plus enrichissant, plus vaste.

Cet ouvrage a eu la chance d’être corrigé par plus d’une trentaine de personnes ! Merci à elles pour leur soutien, leur attention et leur capacité à supporter mes volontaires anglicismes et néologismes 🙂

Merci à Asmaa, Remich, Amaury, Mélusine, Muriel, Gra, Stéphane, Julien M., Julie, Domie, Dod007, Zioup, PitouR, Paloma, Cancerso, Missscrew, Ludus, Nexus-6, Bertrand, Arthur06, Lunatic, Antoine, Nicosky, Dhal, Systd, Ani-7, François, Hazelnut, Roland, Lili, Sébastien, Angèle, Telperion.

Un merci tout spécial à Chayka <3, ma gratitude pour son soutien va bien au-delà des corrections qu’elle a faites pour ETP. La dernière année de création de cet ouvrage, alors que les crises liées au Covid s’enchainaient et que l’époque nous chargeait de défis, elle m’a démontré par les faits à quel point le bonheur pouvait émerger via l’autodétermination et comment on pouvait renverser un tyran, y compris le jour de la Saint Valentin :D. J’avais passé des années dans l’étude, les recherches, les théories et hypothèses de la SDT, et là elle m’offrait en point final de cet ouvrage, l’occasion de les sentir et mieux encore, de les vivre. Quelle chance !

Cet ouvrage aurait également été impossible à libérer gratuitement sur le Net sans le soutien financier des personnes qui suivent notre travail sur la chaine Horizons et le site Hacking-social et nous permettent une indépendance depuis maintenant plusieurs années !!

Il est difficile de vous dénombrer exactement car vous êtes plusieurs centaines (actuellement, environ 700, répartis sur des structures telles que Liberapay , Paypal, Tipeee ou Utip) : merci infiniment à toutes les donatrices et les donateurs ! Au-delà de la gratitude que nous avons pour vous, vous démontrez également que d’autres modèles sont possibles, que la création peut être libérée de bien des emprises. Merci infiniment de nous prouver cela chaque jour <3

1 Compte vraiment approximatif, il y a plus de 400 sources, mais celles-ci sont l’œuvre de plusieurs personnes bien souvent.


Le livre est plus grand que ce chat adulte de petit format 🙂
Viciss Hackso Écrit par :

Attention, atteinte de logorrhée écrite et sous perfusion de beurre salé. Si vous souhaitez nous soutenir c'est par ici : paypal ♥ ou tipeee ou ♣ liberapay ; pour communiquer ou avoir des news du site/de la chaîne, c'est par là :

10 Comments

  1. Georgia
    17 septembre 2021
    Reply

    C’est juste… incroyable.
    Merci pour ça, pour cette masse de travail, pour avoir tenu malgré les nœuds au cerveau que le projet a dû te faire pendant tant d’années…
    J’ai extrêmement hâte de mettre le nez dedans, de voir les petits liens que je faisais entre des dossiers d’ici être creusés, approfondis, remodelés… C’est déjà tellement porteur dans différents espaces de ma vie, que ce soit ma vie militante, les groupes que j’accompagne en formation, que j’ai hâte d’aller plus loin. Rien que la lecture du sommaire, ça fait plein de « pop pop pop » dans ma tête.
    La structure avec les quêtes, obstacles etc, est hyper alléchante et intrigante en tout cas !

    C’est bientôt mon anniv’ donc je vais mettre la version papier sur ma liste, mais je vais pas pouvoir attendre jusque là pour commencer la version PDF 😛

    Merci merci merci encore

    • Viciss Hackso
      17 septembre 2021
      Reply

      Merci <3 <3 <3 Contente de voir que la structure est alléchante, et excellent anniversaire en avance !

  2. GRA
    17 septembre 2021
    Reply

    Ouiiiiii trop bien ! Bravo à toi pour cet énorme travail, certainement de grande qualité, à en juger par le livre précédent, et les quelques extraits que j’ai corrigé de celui-ci ^^
    Je te prends une version papier, histoire de faire croûler mon étagère encore plus (nan mais sérieux, 600 pages en A4)
    Vive le libre, vive le hacking, vive les savoirs émancipateurs <3

    • Viciss Hackso
      17 septembre 2021
      Reply

      Merci à toi pour ton aide <3
      Il est grand et épais, mais il est étrangement léger en termes de poids, tes étagères devraient le supporter en principe 🙂

  3. Néod
    18 septembre 2021
    Reply

    Salutation équipe Hackso,

    Je dois avouer que j’avais une hâte non dissimulé de pouvoir mettre la main sur le pavé 2eme du nom. Et c’est choses faite maintenant <3. J'ai commencer a le feuilleter dans la nuit et on a commencer à le lire dans l'aprèm et ça annonce du lourd.
    J'ai pas les mots pour dire a qu'elle point vos travaux on été déterminants, empuissantent pour moi.
    Alors juste merci et félicitations pour ton / votre travail.
    Je préfère demander quand même mais, cela te dérange t-il si le pavé, 2eme du nom, est lut ailleurs publiquement sur internet ? Je préfère éviter toute mésentente …

    Bonne continuation, où que vous soyez dans l'espace ou dans le temps.

    • Viciss Hackso
      18 septembre 2021
      Reply

      Merci <3
      Pas de problèmes pour le lire publiquement sur le net ! Par contre n'hésites pas à me dire où / quand, je suis toujours de voir le résultat ou d'éventuelles réactions 🙂

  4. 19 septembre 2021
    Reply

    Merci pour cette ouvrage, je vais regarder en POD pour du A5 pour l’offrir (A4 ne sera pas assez « de poche ») XD
    Il y a visuel pour la tranche et la 4ème de garde (on reprend celle de l’homme formaté) ?

    Sur la spirale dynamique, les Jaunes (GT) apprécieront, Turquoises (HU) partageront et les Corails (IV) le vivent ?

    • Viciss Hackso
      19 septembre 2021
      Reply

      Merci ! Si tu souhaites le réimprimer sous format A5 (si je comprends bien le message ,je ne sais pas ce qu’est « POD »), la couverture en entier est ici : https://www.hacking-social.com/wp-content/uploads/2021/09/couv14.pdf ; l’intérieur est assez dense, je ne sais pas comment tu vas procéder mais si c’est un rétrécissement automatique, ça peut devenir illisible. Je pense aux schémas, aux tableaux, aux bas de page qui sont en taille de police parfois allant jusqu’à 9, donc plus bas ça va être dur à lire, sauf si c’est la maquette qui est refaite depuis le début.
      Si par « spirale » tu parles de l’image en couverture, en fait il s’agit en son cœur du symbole que j’ai associé à l’autonomie, les rayons représentent les parties du livre (BF = Besoins fondamentaux ; MI = motivation intrinsèque, etc.) et les symboles le coupant sont liés à des parties distinctes (le carré pour « obstacle », l’étoile pour « confrontation » etc.) ; mais peut-être tu parlais d’autre chose ?

      • 5 octobre 2021
        Reply

        Merci pour la couverture.

        POD pour Print On Demand : Production à la demande, « le fablab à l’ancienne ? ».

        Oui, je parlais d’autre chose … au collègue, si Maslow c’est la physique-biologie, Graves lui c’est histoire-géographie.
        La spirale dynamique est un outil qui a été conçu par le professeur en psychologie Clare Graves, puis poursuivi par Beck et Cowan. C’est une théorie qui décrit les différents niveaux de développement de l’humanité (à l’échelle sociétale et individuelle)
        Cette méthode a été élaborée en déduisant du “besoin d’accomplissement” au sommet de la pyramide de Maslow, différentes valeurs selon l’environnement dans laquelle une personne vit.

        J’espère que tu ne sera pas trop frustré du temps passé coté sans la découvrir.

  5. PitouR
    21 septembre 2021
    Reply

    Chouette, il est parut en papier !! Je vais prendre de l’avance en commençant la lecture sur écran mais pour le confort de lecture un bon vieux livre imprimé reste inégalé pour moi.
    Bravo et merci pour ce très gros travail, et bonne continuation à tous pour vos projet 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Quelques livres