XP 11 – Pourquoi ce n’est jamais de ma faute ? Le biais d’auto-complaisance

Nous sommes heureux de pouvoir acter la rentrée de la chaîne avec ce nouvel épisode d’XP, consacré cette fois au biais d’auto-complaisance :

Un Game Over dans un jeu, une mauvaise note à un examen, un échec suite à une action pourtant entreprise avec soin, et voilà que nous nous mettons parfois à invoquer des facteurs extérieurs qui auraient pu nous échapper et qui pourraient expliquer ce résultat indésirable: “J’ai raté, mais ce n’est pas faute, je n’ai pas eu de chance”, “je n’ai pas obtenu ce que je voulais, tout ça à cause de mes collègues….”.

Curieusement, dans des cas contraires telle qu’une réussite impromptue, voilà que nous renonçons à explorer ces causes explicatives extérieures, préférant souvent se faire soi-même le principal, voire unique, artisan d’un tel succès: “J’ai réussi, c’est grâce mes efforts, à mes compétences, rien à voir avec la chance”.

Cette tendance que nous avons face à l’échec ou à la réussite à invoquer les explications qui nous arrangent le plus a été nommée par les chercheurs le “biais d’autocomplaisance” ( self-serving bias en anglais, bien que dans la littérature ce biais est parfois nommé différemment comme egotistical attributions, difficulté supplémentaire car le biais d’autocomplaisance et le biais egocentrique ne sont pas définis de la même manière).

Ce biais déjà articulé par le psychologue Fritz Heider puis par Miller et Ross (1975) peut se définir ainsi : le biais d’autocomplaisance désigne la tendance que nous avons à endosser une importante responsabilité pour des résultats souhaitables et à réduire sa responsabilité pour des résultats non souhaitables.

Par exemple, si un étudiant obtient un résultat non désiré à un examen, il aura tendance à réduire sa part de responsabilité en allant invoquer des causes extérieures à ses efforts ou à ses compétences, tels que la trop grande difficulté du test, la sévérité du correcteur, ou tout simplement la malchance d’être tombé sur le mauvais sujet. A l’inverse, si ce même étudiant obtient le résultat escompté, il aura tendance à endosser plus grandement la responsabilité de ce succès, rejetant bien souvent d’autres causes explicatives tels que la facilité de l’examen, la grande bienveillance du correcteur, ou la chance d’être tombé sur le rare sujet qu’il maîtrisait à peu près.

Autre exemple, si un employé n’obtient pas la promotion désirée, il pourra en invoquer des causes extérieures à son propre travail, tel que le manque de chance, voire la conséquence d’une décision injuste de la part ses supérieurs ; en cas de promotion tant attendue, ces causes seront souvent rejetée, du moins réduites, point de chance ni d’injustice par rapport aux autres: s’il y a promotion, c’est que c’est mérité !

Les attributions causales

Cette vidéo vient compléter deux précédents épisodes d’XP:

  • Celui consacré à l’erreur fondamentale d’attribution :

  • Celui consacré à l’erreur ultime d’attribution, épisode où nous avions d’ailleurs évoqué pour la première fois le biais d’auto-complaisance :

Ces trois vidéos ont en commun de présenter des biais qui appartiennent au champ de recherche des attributions causales. Ce champ a été inauguré par Fritz Heider en 1958 avec la publication de son ouvrage The psychology of Interpersonnal Relations. Heider définit l’attribution comme essentielle car elle permet à l’individu “d’appréhender la réalité, pour la prédire et la mesurer”. Pour faire simple, face à un évènement, l’individu va s’interroger sur les causes lui permettant de comprendre et de l’expliquer, se demandant notamment si ces causes ont un caractère personnel (propre à l’individu, aux acteurs présents, causes internes) ou impersonnel (indépendant de soi-même et/ou des acteurs concernés, causes externes).

Les recherches en la matière ont pu dégager trois dimensions dans nos attributions (Weiner, 1972). Dans nos vidéos nous nous sommes concentrés sur une seule: le lien de causalité (externe-interne).

Profitons de ce court article pour préciser les deux autres dimensions que nous avons délaissé:

– La contrôlabilité, c’est-à-dire le degré d’influence volontaire qu’on peut exercer sur la cause (par exemple, la cause qu’est la compétence est une cause interne contrôlable, alors que l’humeur est une cause interne incontrôlable).

– La stabilité, c’est à dire ce qui correspond au caractère temporelle de la cause (la compétence est une cause interne contrôlable et durable, donc stable; alors que l’humeur est une cause interne incontrolable et temporaire, ponctuelle, pas toujours prévisible, donc instable).

Pour que ce soit plus clair, prenons des exemples.

Mettons que je passe un examen. J’ai obtenu une mauvaise note, j’en invoque la malchance, car je suis arrivé en retard à cause d’un embouteillage suite à un accident, perdant beaucoup de temps. La malchance est une cause externe (extérieure à mon action), mais elle est aussi instable car elle a été imprévisible et n’est pas censé se reproduire, l’embouteillage étant inhabituelle, et elle est incontrôlable, car je ne peux rien faire pour maîtriser cela. Mettons que j’attribue désormais mon échec à un manque de compétence de ma part, c’est là une cause interne, stable (car sauf à m’améliorer, mon niveau de compétence ne changera pas, cette cause est stable) et contrôlable (car je peux volontairement en faire usage).

Ces trois dimensions permettent donc de préciser, de nuancer les causes attribuées, et elles auront des conséquences différentes. Nous ne l’avons pas directement préciser dans la vidéo, car nous ne voulions pas complexifier plus que nécessaire, l’objectif étant principalement de présenter ce biais ainsi que ses conséquences sur soi-même et sur autrui. Cependant, nous avons tout de même évoqué indirectement la dimension de la stabilité à propos des attentes que nous pouvions avoir suite à nos attributions.

En effet, si j’estime avoir réussi une tâche en vertu de mes compétences, cause interne stable, je m’attendrais à un résultat similaire lorsque je devais réitérer la dite tâche dans les mêmes conditions. Or, si je me suis fourvoyé, que j’ai par exemple sous-estimé le rôle de mes camarades et surestimé mes compétences, les résultats seront bien différents de mes attentes, avec les conséquences que nous avons évoqué dans la vidéo (défense de l’estime de soi en s’autovalorisant par exemple, ou accusation d’acteurs extérieurs….).

C’est donc cette dimension de la stabilité dans nos attributions qui peut nous amener à biaiser nos attentes.


Crédits


Écrit et réalisé par Gull Hackso & Viciss Hackso

Musique générique intro : Wassyl ALDAIS

Avec:

  • Gull
  • Technicien
  • Gilles de Roy
  • Le Directeur
  • Nicolas Rolls

Montage : Technicien

Illustrations de Bob : Charles BOIDIN


Musiques


  • – « Title », « Revelations », « Japanese Garden », Metal Gear Rising Soundtrack, de Jamie Christopherson, 2013
  • – «  Eye For An Eye (Reprise) », Ded Sec Watch Dogs 2 (OST), de Hudson Mohawke ; 2016
  • – « Hydrogen », « Daisuke », Hotline Miami OST, de M.O.O.N, El Huervo feat. Shelby Cinca , 2012
  • – «  Lost Ship (Battle) », « Rockmen », «  Colonial (Explore) », FTL- Advanced Edition Soundtrack, de Ben Prunty, 2014
  • – « Under Pressure », Music from Crash Bandicoot N. Sane Trilogy, de Vicarious Visions,2017
  • – « Riding (Day) », «Goron City »,  The Legend Of Zelda Breath Of The Wild Original Soundtrack, de Manaka Kataoka, Yasuaki Iwata et Hajime Wakai, 2018
  • – « International Man Of Mystery », Person Of Interest Seasons 3 & 4 OST, de Ramin Djawadi, 2016
  • – « Vivi’s Theme », Final Fantasy IX Original Soundtrack, Nobuo Uematsu, 2000
  • – « The Woodlands », OCTOPATH TRAVELER Original Soundtrack, de Yasunori Nishiki, 2018
  • – « Emerald Labyrinth », Before Meteor FINAL FANTASY XIV Before Meteor OST, de Masayoshi Soken, 2013
  • – « The Observer », Final Fantasy V – The Fabled Warriors ~II. WATER~, de Juan Medrano, Mazedude, halc, DarkeSword, prophetik music, Jeff Ball, Brandon Strader, RiverSound , 2016, http://ocremix.org/
  • – « Rides The Shoopuf », Final Fantasy X HD Remaster Original Soundtrack, de Nobuo Uematsu, 2013
  • – « Raiden in VR mission sneaking », MGS2 Substance Limited Sound Track Ultimate Sorter Edition, de Norihiko Hibino, 2002
  • – « Honeybee Manor » «  Oppressed People », Final Fantasy VII Original Sound Track, de Nobuo Uematsu, 1997
  • – « Training in the Sewers (Zodiac Age Version) », Final Fantasy XII The Zodiac Age Original Soundtrack, de Hitoshi Sakimoto, Nobuo Uematsu, Hayato Matsuo, Masaharu Iwata 2017
    – «  ‘Uno’- Ass over Tea Kettle », Better Call Saul [Original TV Soundtrack], de Dave Porter, 2017
  • – « The S.A.R.A.H. Mobile », Eureka OST, de Bear McCreary, 2008
  • – « Out of Phase », Parasite Eve I & II Original Soundtrack, de Yoko Shimomura
    Naoshi Mizuta, 2011
  • – « Ice Cave », SUPER MARIO ODYSSEY OST, de Naoto Kubo, 2018
  • – « In Stasis », Celeste Farewell OST, de Lena Raine, 2019
  • – «  Fucksociety.mp3.flac », Mister Robot Season 1 OST, de Mac Quayle, 2016
  • – « Sword Search », The Legend of Zelda Link’s Awakening Original Soundtrack, 2019


Illustrations/Images


  • Icon Noun project
  • corpus delicti
  • Elisabeta
  • Gan Khoon Lay
  • Adrien Coquet
  • Alice Design
  • Vividzfoto
  • Flaticon
  • Icon made by Freepik from www.flaticon.com
  • Icon made by Those Icons from www.flaticon.com
  • Icon made by Smashicons from www.flaticon.com
  • Icon made by Pause08 from www.flaticon.com
  • Icon made by Monkik from www.flaticon.com
  • Icon made by Prosymbols from www.flaticon.com
  • Icon made by Icon Pond from www.flaticon.com
  • Icon made by macrovector from www.flaticon.com
  • Icon made by Kiranshastry from www.flaticon.com


Bibliographie


  • Traité de psychologie sociale, La science des interactions humaines, Directeur éditorial : Laurent Bègue, Olivier Desrichard, de boeck, 2013
  • Des attitudes aux attributions, sur la construction de la réalité sociale, J.C Deschamps et J.L Beauvois, presses universitaires de Grenoble
  • Bradley, G. W. (1978). Self-serving biases in the attribution process: A reexamination of the fact or fiction question. Journal of Personality and Social Psychology, 36(1), 56-71.
  • Bernstein, W. M., Stephan, W. G., & Davis, M. H. (1979). Explaining attributions for achievement: A path analytic approach. Journal of Personality and Social Psychology, 37(10), 1810-1821.
  • Johnson, T. J., Feigenbaum, R., & Weiby, M. (1964). Some determinants and consequences of the teacher’s perception of causation. Journal of Educational Psychology, Vol 55(5), Oct 1964, 237-246.
  • Arkin, R. M., & Maruyama, G. M. (1979). Attribution, affect, and college exam performance. Journal of Educational Psychology, 71(1), 85-93.
  • Miller, D. T. (1976). Ego involvement and attributions for success and failure. Journal of Personality and Social Psychology, 34(5), 901-906.
  • Thompson, S. C., & Kelley, H. H. (1981). Judgments of responsibility for activities in close relationships. Journal of Personality and Social Psychology, 41(3), 469-477.
  • Stephan, W. G., Rosenfield, D., & Stephan, C. (1976). Egotism in males and females. Journal of Personality and Social Psychology, 34(6), 1161-1167.
  • Campbell, W. K., & Sedikides, C. (1999). Self-threat magnifies the self-serving bias: A meta-analytic integration. Review of General Psychology, 3(1), 23-43.
  • Rothschild, Z. K., Landau, M. J., Sullivan, D. L., & Keefer, L. A. (2012). A dual-motive model of scapegoating: Displacing blame to reduce guilt or increase control. Journal of Personality and Social Psychology, 102(6), 1148-1163. https://doi.org/10.1037/a0027413
  • Wann, D. L., & Schrader, M. P. (2000). Controllability and stability in the self-serving attributions of sport spectators. The Journal of Social Psychology, 140(2), 160-168.
  • Success and failure attributions of wrestlers: Further evidence of the self-serving bias, De Michele, P. E., Gansneder, B., & Solomon, G. B. 1998
  • Shepperd, J., Malone, W., & Sweeny, K. (2008). Exploring causes of the self-serving bias. Social and Personality Psychology Compass, 2(2), 895-908.
  • Mezulis, A. H., Abramson, L. Y., Hyde, J. S., & Hankin, B. L. (2004). Is There a Universal Positivity Bias in Attributions? A Meta-Analytic Review of Individual, Developmental, and Cultural Differences in the Self-Serving Attributional Bias. Psychological Bulletin, 130(5), 711–747. doi:10.1037/0033-2909.130.5.711
  • Heine, S. J., & Hamamura, T. (2007). In Search of East Asian Self-Enhancement. Personality and Social Psychology Review, 11(1), 4–27.doi:10.1177/1088868306294587
  • Stewart, A. E. (2005). Attributions of responsibility for motor vehicle crashes. Accident Analysis & Prevention, 37(4), 681–688.
  • Korn CW, Rosenblau G, Rodriguez Buritica JM, Heekeren HR (2016) Performance Feedback Processing Is Positively Biased As Predicted by Attribution Theory. PLoS ONE 11(2): e0148581. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0148581
  • Seidel, E.-M., Satterthwaite, T. D., Eickhoff, S. B., Schneider, F., Gur, R. C., Wolf, D. H., … Derntl, B. (2012). Neural correlates of depressive realism — An fMRI study on causal attribution in depression. Journal of Affective Disorders, 138(3), 268–276. doi:10.1016/j.jad.2012.01.041
  • Blackwood, N. ., Bentall, R. ., ffytche, D. ., Simmons, A., Murray, R. ., & Howard, R. . (2003). Self-responsibility and the self-serving bias: an fMRI investigation of causal attributions. NeuroImage, 20(2), 1076–1085.
  • Krusemark, E. A., Keith Campbell, W., & Clementz, B. A. (2008). Attributions, deception, and event related potentials: An investigation of the self-serving bias. Psychophysiology, 45(4), 511–515. doi:10.1111/j.1469-8986.2008.00659.x
  • Alicke, M. D., & Sedikides, C. (2009). Self-enhancement and self-protection: What they are and what they do. European Review of Social Psychology, 20, 1-48.
  • Loeffler LAK, Radke S, Habel U, et al. The regulation of positive and negative emotions through instructed causal attributions in lifetime depression – A functional magnetic resonance imaging study. Neuroimage Clin. 2018;20:1233–1245. doi:10.1016/j.nicl.2018.10.025
  • Baumeister, R. F., Campbell, J. D., Krueger, J. I., & Vohs, K. D. (2003). Does High Self-Esteem Cause Better Performance, Interpersonal Success, Happiness, or Healthier Lifestyles? Psychological Science in the Public Interest, 4, 1-44.
  • Ross, M., & Sicoly, F. (1979). Egocentric biases in availability and attribution. Journal of Personality and Social Psychology, 37(3), 322-336.
  • Messick, David & Bloom, Suzanne & P Boldizar, Janet & Samuelson, Charles. (1985). Why We Are Fairer than Others. Journal of Experimental Social Psychology. 21. 480-500. 10.1016/0022-1031(85)90031-9.
  • Makridakis S, Moleskis A. The costs and benefits of positive illusions. Front Psychol. 2015;6:859. Published 2015 Jun 30. doi:10.3389/fpsyg.2015.00859
  • Miller, R. S., & Schlenker, B. R. (1985). Egotism in group members: Public and private attributions of responsibility for group performance. Social Psychology Quarterly, 48(1), 85-89.
  • Kudo, E., & Numazaki, M. (2003). Explicit and direct self-serving bias in Japan. Reexamination of self-serving bias for success and failure. Journal of Cross-Cultural Psychology, 34(5), 511-521.
  • Juvonen, J. (1988). Outcome and attributional disagreements between students and their teachers. Journal of Educational Psychology, 80(3), 330-336.
  • Sedikides, C., Campbell, W. K., Reeder, G. D., & Elliot, A. J. (1998). The self-serving bias in relational context. Journal of Personality and Social Psychology, 74(2), 378-386.

Gull Hackso Écrit par :

Gardien de l'île d'Horizon, grand amateur de ricochet nocturne.

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des

Nos livres piratables :