Suite aux récents propos des dirigeants de Tipeee, un point :

[cet article est initialement un thread twitter [ https://twitter.com/hackingsocialfr/status/1434082358353932293 ] , reporté ici pour plus de facilité de lecture et pour rendre accessible les propos aux personnes n’étant pas sur ce réseau social ]

Suite aux récents propos des dirigeants de Tipeee, un point quant aux plateformes de dons nous concernant s’impose. Si vous ne voyez pas de quoi on parle :

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/video-financement-de-fake-news-c-est-le-prix-a-payer-juge-le-fondateur-de-la-plateforme-tipeee-qui-a-contribue-a-produire-le-film-hold-up_4755419.html

Les propos tenus sur l’antisémitisme, sur le fait que, du point de vue de la plateforme, tous les discours se valent, bénéficieront du même soutien, ne peuvent pas nous laisser indifférents, surtout quand nous avons la tête plongée depuis plusieurs années dans les études portant sur l’autoritarisme.

On ne parle pas là de terre plate, de la diversité des opinions politiques, qu’elles soient de droite ou de gauche, et de la nécessité démocratique de permettre à chacun de s’exprimer, de créer.

Ici, on parle de discriminations, de propos haineux, aux conséquences préjudiciables concrètes, portant atteinte à la dignité humaine, antithétique à la liberté d’expression, et qui ont actuellement une résonance toute particulière en ce contexte de crise.

Ici, ce n’est pas le choix de la liberté d’expression qu’ils font, cela ne relève pas de l’une illusoire neutralité idéologique : c’est le choix du statu quo, qui est bien un choix idéologique très clair, ouverture béante à toutes les dérives.

En ce qui concerne le financement de nos contenus : actuellement, nous dépendons du soutien des donateurs, c’est grâce à vous que nous pouvons persister à créer, et en l’état cela passe quasi exclusivement par Tipeee.

Autant le dire franchement, fermer notre page là tout de suite reviendrait tout simplement à mettre fin à nos activités sur la toile.

À la base, nous avons coupé toute forme de monétisation publicitaire ou par sponso, et par conséquent nous avions choisi Tipeee pour n’avoir aucune dépendance avec le financement de Youtube (publicité et compagnie),

Aujourd’hui, la triste réalité est que nous nous retrouvons dépendantes d’une plateforme qui persiste à tenir une ligne intenable et dont les dirigeants s’aveuglent quant à leur responsabilité.

Du coup, nous allons désormais mettre davantage en avant les alternatives à Tipeee pour celles et ceux qui soutiennent notre travail ou voudraient le faire à l’avenir. Pour le moment, voici les trois autres possibilités que nous proposons :

 

Utip

https://utip.io/hackingsocial (la solution la plus similaire à tipeee, le createur peut choisir de reverser le % qu’il souhaite à la plateforme de 1% à environ 5%)

Liberapay 

https://liberapay.com/Hacking-social/ (la solution la plus libriste, tout les revenus aux créateurs, le problème c’est que la date des virements n’est pas toujours la même)

Paypal

Ou directement paypal : https://www.paypal.com/donate/?hosted_button_id=M5M6Y8YLYNYBG (tout le don revient à la personne, même choix du don ponctuel ou mensuel, c’est rapide et efficace, et ça vous épargne une inscription de plus si vous avez déjà un compte)

Merci à vous tous, à vous qui soutenaient les créateurs sur la toile (que ce soit par les dons, par les encouragements, les échanges, cette résonance que vous nous partagez …).

[Mise à Jour du 05/09/21]

Suite à un commentaire (voir ci-dessus), voici des précisions par Chayka concernant nos propos :

Sur notre position vis-à-vis de Tipeee

Notre message a consisté à clarifier notre position quant à la politique de Tipeee. Notre réaction ne vient pas seulement des dernières informations diffusées, mais aussi de nombreux échanges en off qu’il y a entre créateurs et la plateforme depuis plusieurs années (et auxquels on a pu assister pour certains), échanges portant notamment sur sa ligne éditoriale très contradictoire et sur le fait qu’ils maintenaient des pages légalement condamnable, dont le contenu n’avait rien d’ambigu, ne respectant pas leur propre CGU.

Concernant l’interview : nous avons aussi vu la réponse du dirigeant suite à l’interview, et il y a de toute évidence des effets de montage, on peut condamner ces leviers utilisés, on ne peut le nier. Mais ces leviers journalistiques critiquables n’enlèvent en rien le fond du propos qu’on avait déjà pu lire en off, bien que moins clair. A l’époque, cela demeurait flou, dans le sens où on avait l’impression que Tipeee se cherchait une ligne directrice. Avec sa réponse publique, le fait qu’ils assument leurs propos, bien que condamnant les effets de montage (ce que je leur accorde volontiers), et ce en s’appuyant sur des sujets aussi spécifiques que l’antisémitisme, est pour nous une confirmation de ce que l’on redoutait suite aux échanges en off.

Ainsi, la réaction de nombreux créateurs ne tient pas juste d’une réaction épidermique suite à une interview abusif en terme de montage, c’est le fruit d’une longue relation entre ces créateurs et Tipeee et de multiples échanges en off qui ont laissé plus d’un dubitatif.

Parlons donc plus spécifiquement de leur position.

Ils invoquent le principe de la liberté d’expression selon deux paradigmes : la liberté d’expression à l’américaine (bien différente de la liberté d’expression en Europe, et surtout en France) ; et les valeurs d’Internet. Pour le premier paradigme, j’ai envie de dire qu’on est là dans une conception qui peut s’entendre, mais qu’on ne partage pas en ce sens qu’on a pu voir les dérives des plateformes américaines (comme Facebook) qui se sont cachées derrière ce principe pour ne pas assumer leur responsabilité, et qui en plus se joue d’un double discours car il y a bien une censure propre au puritanisme américain (on ne fait rien contre les contenus violents, par contre on supprime tout dès qu’on voit une forme ressemblant de près ou de loin à une poitrine féminine…). Cette liberté d’expression à l’américaine est parfois détournée par l’Alt Right, qui d’ailleurs n’hésitera pas à saboter les contenus qui ne l’arrangent pas. Nous avons d’ailleurs rappelé dans notre vidéo sur la Réactance (cf ci-dessous)  que la liberté d’expression implique nécessairement des limites, ces limites étant la liberté d’expression elle-même : un contenu haineux est antithétique à l’expression de tous car elle vise à rejeter la personne ou le groupe ciblé, à l’ostraciser. Et là je parle bien du discours public, pas privé. Quand un discours est public, ce qui est le cas des créateurs sur Tipeee par exemple, ces discours ont une résonance particulière qui n’est pas de l’ordre de l’expression privée. Et de quel discours parlons présentement ? On parle de discours (contenu) prônant l’antisémitisme, et c’est bien à cela que nous réagissons par rapport à Tipeee. On n’est pas en train de philosopher sur le principe de la liberté d’expression mais sur un type de discours bien précis évoqué par les deux dirigeants. Dans les réponses suite à ce reportage (voir ci-dessous) , le dirigeant ne revient pas sur ces propos tenus quant à l’antisémitisme.

C’est une chose d’être indifférent à des contenus hors sol comme des vidéos sur la terre plate ou sur le ciel vert (pour reprendre leurs exemples), et là-dessus je suis en accord avec eux : ces contenus s’insèrent dans la liberté d’expression, car même si on peut se désoler du manque de rigueur scientifique, ce sont là des croyances qui n’ont pas de conséquences préjudiciables sur d’autres groupes, qui n’appellent par à une ostracisation, à un rejet.

Pour le deuxième paradigme, sur les valeurs du Web, ce sont là des valeurs auxquelles nous sommes particulièrement sensibles. Là encore, nous développons cela sur la vidéo de la réactance, notamment quand nous rappelons qu’il ne faut pas confondre modération et censure. Tipeee fait bien de s’en inspirer, de le revendiquer… encore faut-il l’appliquer et pouvoir le faire, car ce n’est pas juste un forum de discussion sur la toile, c’est une plateforme privée, une entreprise, dont le service est de proposer une aide à financer des contenus, contenus qu’ils ont pour responsabilité de veiller. Et je ne dis pas ça au nom de principes abstraits/moraux, je me réfère à leurs propre CGU : https://fr.tipeee.com/terms (voir le point numéro 7 : 7. LICÉITÉ DES PAGES DES CREATEURS DE CONTENUS ET DES CONTENUS MIS EN LIGNE SUR LE SITE – CONSERVATION DE L’INTERET DES UTILISATEURS ). C’est là quelque chose dont les créateurs ont déjà discuté en off avec Tipeee. Tipeee joue ici une carte plus qu’ambiguë, puisqu’ils partent du principe que c’est le contenu qui apparaît sur leur page qui compte, non vers quoi mène la page en question via les hyperliens. Autrement dit, si j’ai un contenu autoritaire, que je tiens des propos haineux vis-à-vis d’un groupe dans la population, que mes contenus servent aux harcèlements, tout cela sans ambiguïté, mais que je m’assure de mettre une jolie vitrine sur ma page Tipeee, ça passe. Tipeee part du principe que ça ne les regarde plus. En même temps, comme on l’a vu dans le reportage, ils expliquent qu’ils vont tout de même voir les contenus financés (ils ont été voir le film Hold Up par exemple, et d’ailleurs ils ont étudié ce cas, on peut être pour ou contre leur décision, mais sur ce point je n’irais pas les critiquer, ce n’est finalement par cela qui a motivé notre prise de position). Là on voit encore le discours à géométrie variable : est-ce le contenu propre sur Tipeee qui est pris en compte, ou ce vers quoi renvoie le contenu? Car si comme ils disent, ils attendent une décision de justice, pourquoi dès lors s’embêter à faire de tels contrôles comme ils l’ont fait sur Hold up ? Tout simplement parce que légalement, et ils le rappellent d’ailleurs sur leur site, ils ont pour responsabilité de veiller à ne pas diffuser ou financer des contenus juridiquement condamnables (pas seulement condamnés), ils le savent. Quand ils ont une pression sur eux, ils le font, mais ça ils ne le disent pas clairement et use avec cynisme de beaux principes qu’ils ne respectent pas et qu’ils ne peuvent (juridiquement parlant) pas respecter en ce qui concerne les propos haineux. C’est une entreprise, ce n’est pas un forum réalisé par des internautes, et quand bien même : ils ont une charte clair sur leur site, et s’il y a bien une éthique propre aux web, c’est bien celle de respecter ses propres règles. Il ne s’agit pas de fliquer, il s’agit d’être cohérent et clair, ni plus ni moins.

Et je le répète, comme on l’indique dans notre message, notre prise de position est une réponse, non à des principes philosophiques, mais à un sujet bien précis aux conséquences concrètes : l’antisémitisme. Nous travaillons depuis plusieurs années sur la question de l’autoritarisme, et on ne peut pas être intellectuellement et moralement indifférent à de telles prises de positions que l’on considère (on persiste et signe), irresponsable et périlleux, et qu’à titre personnel je trouve hypocrite, cynique et bas quant au fait d’invoquer l’esprit d’Internet pour assumer une telle logique.

Notre travail sur l’autoritarisme : 

Sur le site : 

En vidéo  : 

Du coup, face à ça on propose quoi ?

Par rapport aux sites et à la chaîne, nous essayons autant que possible de proposer des alternatives, que ce soit aux viewers des vidéos (Vimeo, Peertube), aux lecteurs (site, pdf, epub, livre papier), et aux donateurs (Tipeee, Utip, Liberapay, Paypal). Derrière cela, il y a une double motivation : ne pas dépendre d’une seule plateforme, d’un seul format ; permettre aux gens qui nous suivent, qui accèdent à nos contenus, de le faire comme ils l’entendent.

Notre message a consisté d’une part à rappeler notre position (que l’on développe ci-dessus), et à rappeler les différentes possibilités que nous proposons. Ici, nous ne disons pas : boycottons Tipeee, ayons les mains propres, les autres alternatives sont plus éthiques ; nous disons simplement : nous sommes mal à l’aise par rapport aux propos de Tipeee, nous nous dissocions de leurs discours, nous comprenons que certains d’entre vous s’interrogent, nous vous proposons ces autres possibilités si vous le souhaitez.

Ainsi, nous demeurons ferme sur ce que nous faisons depuis maintenant 8 ans : nous composons avec ce qu’on a, rien n’est parfait, la plateforme parfaite n’existe pas, il y aura toujours mieux à faire et à proposer, alors on fait au mieux, on démonétise nos contenus, on propose des alternatives aux gens qui nous suivent, et in fine c’est eux qui décident selon ce qui leur va, leur parle, ce n’est pas à nous de leur dire quoi faire.

Nous avons choisi désormais de mettre davantage en valeurs les autres plateformes (conséquence de notre position), sans pour autant empêcher l’accès à des plateformes. Si des gens veulent continuer à nous soutenir sur Tipeee, parce que c’est plus simple pour eux, parce qu’ils ne se sentent pas concernés par ce débat, ou autre raison, cela nous pose aucun problème. Si des gens veulent boycotter Tipeee et nous soutenir sur Utip ou ailleurs, cela nous pose aucun problème. On ne conçoit pas qu’une plateforme tel que Utip puisse être clean, et on serait bien naïves d’imaginer que l’herbe est nécessairement plus verte chez le voisin. Notre volonté n’est pas la recherche d’une pureté illusoire, mais l’ouverture au choix pour celles et ceux qui nous suivent. C’est aussi simple que cela.

Pourquoi proposons-nous Paypal ?

Toujours selon cette logique d’alternative. Ne pas citer Paypal nous paraîtrait tenir d’une certaine hypocrisie compte tenu que les plateformes telles que Tipeee passent par Paypal, et je crois que les donateurs ne le savent pas forcément. On aurait pu ne pas citer Paypal, mais cela n’aurait rien changé au fait que Tipeee de base passe en partie par lui.

 

Chayka Hackso Écrit par :

Gardienne de l'île d'Horizon, grande prêtresse du culte du caillou. Si vous souhaitez nous soutenir c'est par ici : paypal ♥ ou tipeee ou ♣ liberapay ; pour communiquer ou avoir des news du site/de la chaîne, c'est par là :

13 Comments

  1. Tepee
    5 septembre 2021
    Reply

    Bonjour à la petite équipe.
    Vous m’avez très étonné avec ce message surprise, car je ne comprends pas votre réaction. Ni votre analyse de la position des fondateurs de Tipeee, ni les solutions que vous proposez.
    À commencer une des solutions : PayPal.
    PayPal, sérieusement ? La plateforme qui, sans décision de justice, a arbitrairement fermé les virements vers WikiLeaks et Assange, alors sous les foudres politiques des États-Unis, le tout en dehors de tout cadre légal international ? (https://www.01net.com/actualites/paypal-coupe-les-vivres-a-wikileaks-524357.html). PayPal, l’entreprise qui permet de financer tout et n’importe quoi, arnaques et projets nauséeux y compris. Cela semble très contradictoire avec ce que vous dénoncez.
    Concernant les propos des fondateurs tenus dans l’interview FranceTV, pour ma part je n’ai pas entendu qu’ils mettaient une même valeur morale aux différents projets présents sur leur plateforme. Au contraire, à cette notion subjective sujette à toutes les dérives, ils opposent qu’ils fournissent un même service pour tous. Et que seule une décision de justice concernant des projets ou porteurs de projets les amènent alors à en refuser sans faire d’histoire.
    C’est plutôt sain que de ne pas vouloir se substituer à la justice.
    À cela s’ajoute qu’un des fondateurs de Tipeee a pris le temps de faire une courte réponse en vidéo au reportage incriminant (reportage qui joue habilement sur les émotions, et qui pour le coup mériterait un debunkage en règle je trouve). Elle mérite d’être vue pour avoir je pense un avis plus objectif. (https://www.youtube.com/watch?v=vAAxENjXXPk)
    J’adore ce que vous faites, et vous faites ce que vous voulez concernant votre financement évidemment. Mais n’êtes-vous pas tombé dans le panneau des pièges et biais que vous dénoncez habituellement, en étant dans l’émotionnel du reportage ?
    Dans tous les cas, bon courage à vous.

    • Chayka
      5 septembre 2021
      Reply

      [cette réponse est aussi intégrée dans l’article afin d’en faciliter la lecture et l’accessibilité pour tous]
      Bonjour,
      Vous soulevez plusieurs interrogations dans votre message, je vais essayer d’y répondre point par point :
      1. Sur notre position vis-à-vis de Tipeee :
      Notre message a consisté à clarifier notre position quant à la politique de Tipeee. Notre réaction ne vient pas seulement des dernières informations diffusées, mais aussi de nombreux échanges en off qu’il y a entre créateurs et la plateforme depuis plusieurs années (et auxquels on a pu assister), échanges portant notamment sur sa ligne éditoriale très contradictoire et sur le fait qu’ils maintenaient des pages légalement condamnable, dont le contenu n’avait rien d’ambigu, ne respectant pas leur propre CGU.
      Concernant l’interview : nous avons aussi vu la réponse du dirigeant suite à l’interview, et il y a de toute évidence des effets de montage, on peut condamner ces leviers utilisés, on ne peut le nier. Mais ces leviers journalistiques critiquables n’enlèvent en rien le fond du propos qu’on avait déjà pu lire en off, bien que moins clair. A l’époque, cela demeurait flou, dans le sens où on avait l’impression que Tipeee se cherchait une ligne directrice. Avec sa réponse publique, le fait qu’ils assument leurs propos, bien que condamnant les effets de montage (ce que je leur accorde volontiers), et ce en s’appuyant sur des sujets aussi spécifiques que l’antisémitisme, est pour nous une confirmation de ce que l’on redoutait suite aux échanges en off.
      Ainsi, la réaction de nombreux créateurs ne tient pas juste d’une réaction épidermique suite à une interview abusif en terme de montage, c’est le fruit d’une longue relation entre ces créateurs et Tipeee et de multiples échanges en off qui ont laissé plus d’un dubitatif.
      Parlons donc plus spécifiquement de leur position.
      Ils invoquent le principe de la liberté d’expression selon deux paradigmes : la liberté d’expression à l’américaine (bien différente de la liberté d’expression en Europe, et surtout en France) ; et les valeurs d’Internet. Pour le premier paradigme, j’ai envie de dire qu’on est là dans une conception qui peut s’entendre, mais qu’on ne partage pas en ce sens qu’on a pu voir les dérives des plateformes américaines (comme Facebook) qui se sont cachées derrière ce principe pour ne pas assumer leur responsabilité, et qui en plus se joue d’un double discours car il y a bien une censure propre au puritanisme américain (on ne fait rien contre les contenus violents, par contre on supprime tout dès qu’on voit une forme ressemblant de près ou de loin à une poitrine féminine…). Cette liberté d’expression à l’américaine est parfois détournée par l’Alt Right, qui d’ailleurs n’hésitera pas à saboter les contenus qui ne l’arrangent pas. Nous avons d’ailleurs rappelé dans notre vidéo sur la Réactance que la liberté d’expression implique nécessairement des limites, ces limites étant la liberté d’expression elle-même : un contenu haineux est antithétique à l’expression de tous car elle vise à rejeter la personne ou le groupe ciblé, à l’ostraciser. Et là je parle bien du discours public, pas privé. Quand un discours est public, ce qui est le cas des créateurs sur Tipeee par exemple, ces discours ont une résonance particulière qui n’est pas de l’ordre de l’expression privée. Et de quel discours parlons présentement ? On parle là de discours (contenu) prônant l’antisémitisme, et c’est bien à cela que nous réagissons par rapport à Tipeee. On n’est pas en train de philosopher sur le principe de la liberté d’expression mais sur un type de discours bien précis évoqué par les deux dirigeants. Je remarque par ailleurs que dans la deuxième vidéo que vous nous partagez, le dirigeant ne revient pas sur ces propos tenus quant à l’antisémitisme. C’est une chose d’être indifférent à des contenus hors sol comme des vidéos sur la terre plate ou sur le ciel vert (pour reprendre leurs exemples), et là-dessus je suis en accord avec eux : ces contenus s’insèrent dans la liberté d’expression, car même si on peut se désoler du manque de rigueur scientifique, ce sont là des croyances qui n’ont pas de conséquences préjudiciables sur d’autres groupes, qui n’appellent par à une ostracisation, à un rejet.
      Pour le deuxième paradigme, sur les valeurs du Web, ce sont là des valeurs auxquelles nous sommes particulièrement sensibles. Là encore, nous développons cela sur la vidéo de la réactance, notamment quand nous rappelons qu’il ne faut pas confondre modération et censure. Tipeee fait bien de s’en inspirer, de le revendiquer… encore faut-il l’appliquer et pouvoir le faire, car ce n’est pas juste un forum de discussion sur la toile, c’est une plateforme privée, une entreprise, dont le service est de proposer une aide à financer des contenus, contenus qu’ils ont pour responsabilité de veiller. Et je ne dis pas ça au nom de principes abstraits/moraux, je me réfère à leurs propre CGU : https://fr.tipeee.com/terms (voir le point numéro 7 : 7. LICÉITÉ DES PAGES DES CREATEURS DE CONTENUS ET DES CONTENUS MIS EN LIGNE SUR LE SITE – CONSERVATION DE L’INTERET DES UTILISATEURS ). C’est là quelque chose dont les créateurs ont déjà discuté en off avec Tipeee. Tipeee joue ici une carte plus qu’ambiguë, puisqu’ils partent du principe que c’est le contenu qui apparaît sur leur page qui compte, non vers quoi mène la page en question via les hyperliens. Autrement dit, si j’ai un contenu autoritaire, que je tiens des propos haineux vis-à-vis d’un groupe dans la population, que mes contenus servent aux harcèlements, tout cela sans ambiguité, mais que je m’assure de mettre une jolie vitrine sur ma page Tipeee, ça passe. Tipeee part du principe que ça ne les regarde plus. En même temps, comme on l’a vu dans le reportage, ils expliquent qu’ils vont tout de même voir les contenus financés (ils ont été voir le film Hold Up par exemple, et d’ailleurs ils ont étudié ce cas, on peut être pour ou contre leur décision, mais sur ce point je n’irais pas les critiquer, ce n’est finalement par cela qui a motivé notre prise de position). Là on voit encore le discours à géométrie variable : est-ce le contenu propre sur Tipeee qui est pris en compte, ou ce vers quoi renvoie le contenu. Car si comme ils disent, ils attendent une décision de justice, pourquoi dès lors s’embêter à faire de tels contrôles comme ils l’ont fait sur Hold up ? Tout simplement parce que légalement, et ils le rappellent d’ailleurs sur leur site, ils ont pour responsabilité de veiller à ne pas diffuser ou financer des contenus juridiquement condamnables (pas seulement condamnés), ils le savent. Quand ils ont une pression sur eux, ils le font, mais ça ils ne le disent pas clairement et use avec cynisme de beaux principes qu’ils ne respectent pas et qu’ils ne peuvent (juridiquement parlant) pas respecter en ce qui concerne les propos haineux. C’est une entreprise, ce n’est pas un forum réalisé par des internautes, et quand bien même : ils ont une charte clair sur leur site, et s’il a bien une éthique propre aux web, c’est bien celle de respecter ses propres règles. Il ne s’agit pas de fliquer, il s’agit d’être cohérent et clair, ni plus ni moins.
      Et je le répète, comme on l’indique dans notre message, notre prise de position est une réponse, non à des principes philosophiques, mais à un sujet bien précis aux conséquences concrètes : l’antisémitisme. Nous travaillons depuis plusieurs années sur la question de l’autoritarisme, et on ne peut pas être intellectuellement et moralement indifférent à de telles prises de positions que l’on considère (on persiste et signe), irresponsable et périlleux, et qu’à titre personnel je trouve hypocrite, cynique et bas quant au fait d’invoquer l’esprit d’Internet pour assumer une telle logique.

      2. Du coup, face à ça on propose quoi ?

      Par rapport aux sites et à la chaîne, nous essayons autant que possible de proposer des alternatives, que ce soit aux viewers des vidéos (Vimeo, Peertube), aux lecteurs (Site, pdf, epub, livre papier), et aux donateurs (Tipeee, Utip, Liberapay, Paypal). Derrière cela, il y a une double motivation : ne pas dépendre d’une seule plateforme, d’un seul format ; permettre aux gens qui nous suivent, qui accèdent à nos contenus, de le faire comme ils l’entendent.
      Notre message a consisté d’une part à rappeler notre position (que l’on développe ci-dessus), et à rappeler les différentes possibilités que nous proposons. Ici, nous ne disons pas : boycottons Tipeee, ayons les mains propres, les autres alternatives sont plus éthiques ; nous disons simplement : nous sommes mal à l’aise par rapport aux propos de Tipeee, nous nous dissocions de leurs discours, nous comprenons que certains d’entre vous s’interrogent, nous vous proposons ces autres possibilités si vous le souhaitez.
      Ainsi, nous demeurons ferme sur ce que nous faisons depuis maintenant 8 ans : nous composons avec ce qu’on a, rien n’est parfait, la plateforme parfaite n’existe pas, il y aura toujours mieux à faire et à proposer, alors on fait au mieux, on démonétise nos contenus, on propose des alternatives aux gens qui nous suivent, et in fine c’est eux qui décident selon ce qui leur va, leur parle, ce n’est pas à nous de leur dire quoi faire.
      Nous avons choisi désormais de mettre davantage en valeurs les autres plateformes (conséquence de notre position), sans pour autant empêcher l’accès à des plateformes. Si des gens veulent continuer à nous soutenir sur Tipeee, parce que c’est plus simple pour eux, parce qu’ils ne se sentent pas concernés par ce débat, ou autre raison, cela nous pose aucun problème. Si des gens veulent boycotter Tipeee et nous soutenir sur Utip ou ailleurs, cela nous pose aucun problème. On ne conçoit pas qu’une plateforme tel que Utip puisse être clean, et on serait bien naïves d’imaginer que l’herbe est nécessairement plus verte chez le voisin. Notre volonté n’est pas la recherche d’une pureté illusoire, mais l’ouverture au choix pour celles et ceux qui nous suivent. C’est aussi simple que cela.

      3. Pourquoi proposons-nous Paypal ?
      Toujours selon cette logique d’alternative. Ne pas citer Paypal nous paraîtrait tenir d’une certaine hypocrisie compte tenu que les plateformes telles que Tipeee passent par Paypal, et je crois que les donateurs ne le savent pas forcément. On aurait pu ne pas citer Paypal, mais cela n’aurait rien changé au fait que Tipeee de base passe par lui.

      Voilà, j’espère avoir pu préciser le pourquoi de notre position.
      N’hésitez pas si vous avez d’autres interrogations,
      Bien à vous,
      Chayka

      • Tepee
        5 septembre 2021
        Reply

        Bonsoir, merci pour votre réponse claire. Je comprends mieux. Effectivement, si des violations manifestes de lois existantes se réalisent au travers de leur plateforme, attendre simplement une décision de justice pour agir semble trop léger.
        Je ne reprendrai pas le reste de vos explications, elles sont claires et compréhensibles aussi.
        Encore félicitation pour ce que vous faites et bon courage pour la suite.

  2. Milo
    6 septembre 2021
    Reply

    Bonjour,

    Dans un premier temps je vous remercie pour cet article détaillé, et plus généralement pour votre travail qui contribue toujours de façon pertinente au débat.

    A titre personnel, ma position sur le sujet est classique : Les premières victimes d’une plateforme qui gère une ligne éditorial grand publique et qui modère sont les personnes et contenus marginaux et marginalisées. Ça se voit sur Twitter avec le bannissement et le blocage régulier de nombreux comptes féministes, antiracistes, Pro-Trans, etc. Ca se voit de même sur Facebook avec les contenu de gauche radicale et Pro-Trans qui se font bloqué (tandis que le complotisme, le sexisme et le harcèlement prospèrent). Ça se voit sur YouTube avec la mise en avant massive de contenue complotiste et/ou d’extrême droite et la marginalisation des contenus militant de gauche. Cette liste est loin d’être exhaustive mais vous êtes certainement tout autant que moi consciente de ces problématiques.

    Cet article, je l’avoue, ne me convainc pas que demander plus de modération a Tipee ne provoquera pas exactement les mêmes travers. J’ai été lire les GCU, point numero 7 que vous avez partagé : Sont notamment interdit les contenus :

    malveillant, inapproprié, irrespectueux, diffamatoire, injurieux, trompeur ou erroné, haineux, incitant à la violence, à la xénophobie, au racisme ou à la haine, portant atteinte à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, indécent, obscène, violent, sur des publicités, sollicitations commerciales

    Et que tipee se réserve le droit « de suspendre ou supprimer immédiatement et sans préavis, toute page de Créateur de Contenus ou tout Contenu qui, à sa seule appréciation, violerait les termes des présentes.  »

    Si tipee appliquait effectivement ses GCU a la lettre, alors je pense a tout ces créateur qui pourrait se faire suspendre et perdre leur précieux revenu du jour au lendemain et sans préavis car ils ont :
    – en tant que féministe, posté un tweet misandre.
    – En tant que Marxiste, dit « eat the riche » ou « nique les bourgeois »
    – En tant que militant anticapitaliste, s’attaquer a la finance ou a la figure du financier d’une façon qui serait jugé confuse.
    – En tant que militant qui fait des erreurs, partagé dans son contenu une fausse information.
    – En tant qu’antiraciste, *existé*, tout simplement.
    – En tant qu’artiste, crée des images jugée obscènes ou trop sexuelle.

    Encore une fois, cette liste est loin d’être exhaustive. Et quand bien même Tipee se décidait a adopter une ligne militante de gauche, je n’ose imaginer ce que les violences intra-communeautaires feront pour détruire des créateur et créatrices de contenu jugée trop impure pour la plateforme.

    Je ne suis pas simplement en train de jouer sur les mots ou de surinterprété des conséquence éventuelles : on SAIT que c’est ce qu’il se passe invariablement lorsqu’une plateforme adopte une ligne éditorial et/ou modère le contenu qui y est posté. Je n’ose imaginé la façon dont des raid d’extrême droite aurait soudainement le pouvoir de compromettre les revenu financier même de créateur et créatrices précaires.

    Je comprend la critique exposé a Tipee, mais j’ai le sentiment que la grande partie de la réaction observable a gauche prône la modération comme une évidence, ce qui AMHA ne devrait jamais être une idée défendu dans notre camps ! A titre personnel, je ne peut m’empêcher de voir dans la réaction épidermique radical de beaucoup de gens la compromission de principe nécessaire a la protection et la promotion des contenue marginalisé et/ou de gauche au profit d’un peu de signalement moral éphémère…

    • Chayka Hackso
      6 septembre 2021
      Reply

      Bonjour,

      Je rejoins dans les grandes lignes votre position, surtout en ce qui concerne la dérive que vous exposez quant au fait qu’une modération abusive (qui selon moi n’est désormais plus une modération) joue contre les premières victimes, notamment les groupes que vous évoquez.
      Comment dès lors puis-je à la fois être l’autrice du présent article que vous critiquez, tout en étant en accord avec ce que vous évoquez ? N’est-ce pas là contradictoire de ma part ?
      Je crois que tout le nœud du problème vient précisément de l’attente que vous nous prêtez vis-à-vis de Tipeee ainsi que ce qu’on entend par « modération ».

      D’une part, on ne demande pas à Tipeee d’avoir une ligne éditoriale grand publique ou de se baser sur ce que font certaines plateformes comme Twitter ou Facebook (puisque c’est l’exemple que vous prenez). La réponse des Gafam aux problématiques contemporaines ne va pas du tout dans la bonne direction, notamment pour les raisons que vous invoquez (on a d’ailleurs dans notre exemple rappelé cela, sur la géométrie variable de la gestion des contenus, comme le contenu féministe qui en fait les frais), mais aussi parce qu’on parle là de plateformes qui s’agencent dans des postures idéologiques propres au statut quo du conservatisme de la droite américaine sous poudrée d’une bonne dose de puritanisme. Et pour justifier cela, ils vont invoquer la liberté d’expression au sens américain qu’ils ne respectent déjà pas (bien avant les polémiques de ces dernières années). S’il y a bien une seule demande que nous pourrions à faire à Tipeee, c’est de se prononcer sur un discours bien précis, qu’on ne cesse de rappeler dans l’article : l’antisémitisme. La question est simple : qu’est-ce que fait Tipeee quand ils hébergent du contenu propageant ce type de discours, et là je parle bien de discours non-ambigu qu’ils ont eux-mêmes reconnu comme à valence antisémite ? Car le « J’assume tout ce qu’il y a sur ce site, du plus antisémite au moins antisémite, et du plus complotiste au moins complotiste » n’est pas, à notre sens, une posture tenable (et là je ne parle pas de la question du complotisme, car cela est encore un débat différent en ce sens que ce qu’on nomme « complotisme » nécessiterait par avance qu’on s’entende sur ce que cela désigne ; par exemple, comme je le disais dans l’article, je ne considère pas que Tipeee ait pour tâche d’empêcher le financement de contenus sur la terre plate ou sur la couleur du ciel, quand bien même ces contenus sont hors-sol, et je trouve dommageable de mettre sur le même plan ce type de discours avec des discours explicitement discriminants).

      Et pourquoi aurions-nous une telle attente ? Après tout, n’est-ce pas là encore une réaction épidermique de notre part, qu’on pourrait comprendre selon des perspectives qui nous sont propres, c’est-à-dire notre posture anti-autoritaire ? Bien sûr que cela nous importe par rapport à notre propre démarche comme on l’a déjà rappelé on ne va pas s’en cacher, mais là ne se réduit exclusivement pas le sens de notre prise de parole. Si nous avons une telle attente, si nous demandons une réponse claire, au moins sur ce sujet, c’est bien parce que (comme nous l’avons rappelé dans l’article) il y a eu des antécédents sur Tipeee de contenus supprimés sans que la justice soit intervenue. Dire qu’ils assument tout nous apparaît comme en contradiction avec leurs précédentes actions où, parfois, ils sont bien intervenus. Ne sommes-nous pas déjà là dans de l’arbitraire ? N’est-ce pas curieux de se présenter comme les chevaliers de la liberté d’expression, de poser des principes apriori clair, mais de temps en temps, tout de même, d’intervenir, jusqu’à la suppression, en espérant d’ailleurs que ça ne fasse pas trop de vagues ?

      On peut légitimement se dire que leur position entre-temps a tout simplement changé. C’est tout à fait entendable. Il n’y aurait donc pas de contradiction, juste une position plus assumée de leur part qu’ils n’avaient pas auparavant. Du coup, question que je me pose : les contenus qu’ils ont supprimés il y a quelque temps, leurs créateurs peuvent-ils donc rouvrir une page Tipeee sans problème ? Est-ce à dire qu’ils vont désormais appliquer ce principe à la lettre, et que, donc, ils s’interdiront quoiqu’il arrive de modérer du contenu tant que la justice n’est pas intervenue ?
      Il y a tous ces angles morts qui nous paraissent plus que gênants, c’est pour cela que nous disons que leur principe n’est pas tenable, car en la circonstance il n’est pas tenu.

      D’autre part, comme nous le disions, modération n’est pas censure ou suppression (c’est-à-dire ce que font les Gafam pour aller très vite). Quand nous parlons de modération, nous l’invoquons au sens des mouvements libristes. Dès lors qu’il y a une modération, une responsabilité (ce qui le cas des assos, des entreprises, des personnes publiques….) même une structure extrêmement ouverte doit reposer sur une charte dans une logique de structuration des échanges. Dès qu’on a un système de modération, donc qu’on s’engage à intervenir, il faut en définir au préalable les conditions, les critères, les limites, etc. Car dans le cas contraire, à quoi bon alors avoir un système de modération (ça existe d’ailleurs sur le net, comme 4Chan, mais quand on parle de Tipeee, on parle d’une entité privée, une entreprise française, même s’ils souhaitaient faire cela ce ne serait pas possible, d’autant qu’on ne parle pas de forum d’échange, entre particuliers, mais de financement à la création). Et il y a certaines lignes rouges dont, je crois, on peut s’accorder à dire qu’elles ne relèvent pas d’une simple opinion sans conséquence, telle que l’antisémitisme.
      Sans critère, pas de modération ou alors la modération est arbitraire, et c’est ce qu’on veut signaler concernant Tipeee.

      Dès lors, un nouveau problème se pose, et c’est là d’ailleurs ce point, je crois, qui vous intéresse, et ce que vous développez est d’autant plus important qu’il permet d’éviter une autre dérive : on ne réfléchit plus, on fait comme d’autres structures, on supprime à tout va dès qu’un contenu paraîtra suspect, virulent, sera signalé par un tiers, fera polémique, ou autre. Là encore, une telle pratique ne relève de la modération telle que nous l’entendons. Concrètement, la modération implique : des équipes humaines (et non donner ça à des algos ou autres), avec suffisamment de moyens (en nombre suffisant, travaillant dans de bonnes conditions, avec suffisamment de temps sur les projets, à pouvoir discuter si nécessaire avec les créateurs et créatrices, car un modérateur est d’abord un médiateur, pas un exécutant, et avec une charte qui permet de délimiter leur champ d’action, toujours en allant au cas par cas). On voit toute la difficulté que cela représente concernant les Gafam, mais ici on parle de Tipeee : je ne doute pas du grand nombre de pages qu’ils hébergent sur leur site, mais on demeure encore dans des proportions qui permettent de penser intelligemment et humainement la modération, sans commune mesure avec Facebook.

      Vous prenez des exemples précis, et tout ce que vous évoquez, par exemple sur des tweets misandres féministes, ne saurait se confondre avec un contenu régulier antisémite d’un créateur. De la même manière pour vos autres exemples, d’où d’ailleurs nos précisions quant au fait qu’on ne saurait confondre les discours sur la terre plate avec des discours associés à des dérives génocidaires, qu’on ne saurait confondre la défense de pluralité des positions idéologiques de gauche à droite avec des discours Incel, néonazi, etc. Plus encore, considérer que modérer un contenu haineux aux relents génocidaires d’extrême droite serait périlleuse par rapport à des positions d’extrême gauche qui luttent contre des oppressions, ce serait comme dire que les extrêmes au fond, c’est du pareil au même. Non, l’extrême gauche n’est pas l’extrême droite, non la virulence des opprimés n’a rien de comparable avec la violence des dominants, non un contenu avec des images sexuels n’est pas du même ordre qu’un contenu avec des images de massacre sur une population dont le discours en feraient l’apologie (je ne prétends pas que de telles contenus soient sur Tipeee, ces exemples consistent simplement à montrer qu’on ne saurait comparer ou mettre à même niveau des contenus dits « extrêmes », « radicaux » ou relevant des mœurs).

      Concrètement, comment distinguer tout cela : on en revient à ce que j’évoquais précédemment avec une présence humaine suffisante reposant sur une charte la plus ouverte possible avec des critères précisant l’intervention des modos et les conséquences possibles. Nul besoin ici pour Tipeee d’épouser une ligne militante de gauche, sauf à penser qu’il faudrait nécessairement embrasser un contenu doctrinal de gauche (et là je poserai la question : quel contenu ? la gauche étant très hétérogène) pour pouvoir penser la possibilité de modérer des discours haineux explicites de l’ED.
      Enfin, et c’est aussi pour cela que nous avons fait un ajout à l’article, notre visée va toujours dans la multiplication des possibilités, des alternatives, pour qu’au final les vieweurs/lecteurs puissent selon leurs propres positions soutenir (ou non) telle création selon le mode qu’ils souhaitent, et que les créateurs eux-mêmes puissent bénéficier de structure propre à ce type de soutien. Nous ne croyons pas aux plateformes parfaites, on croit même nécessaire que les plateformes ne soient pas toute identique, ainsi nous n’avons pas forcément la même position que d’autres créateurs s’étant exprimés récemment suite aux propos des dirigeants, notamment pour les raisons que vous avez invoqué dans votre commentaire et que j’espère avoir pu davantage préciser.

      Ainsi, pour résumer :
      – Si nous avons une attente (une espérance) de la part de Tipeee, c’est une clarification sur les sujets qu’ils ont évoqué sur les discours antisémites, plus de clarté sur leur modération, qui en l’état existe bien, mais dont on peine à en connaître les tenants et les aboutissants, d’autant qu’il y a eu sur Tipeee des précédents, et qu’il y aura de toute évidence de nouveaux cas d’école à l’avenir. Autant se saisir de ce moment pour y réfléchir.
      – Par modération, nous nous tournons davantage vers un esprit libriste, propre à la culture du Net, culture dont se revendiquent d’ailleurs les créateurs, d’où notre envie de les interroger davantage sur leur posture (car en l’état, leur position a l’apparence de la limpidité et de la clarté, mais concrètement c’est toujours le flou).
      – Nous partageons le même avis que vous concernant la dérive inverse observée chez les Gafam, et c’est aussi pour cela que nous rappelons que ce paradigme à l’américaine relève davantage de la vitrine que d’un principe opérant. De plus, Tipeee n’est pas Facebook, la dimension et la finalité (financement) n’est pas du tout la même, ils peuvent tout à fait mettre en place un système de modération 100% humain, non dogmatique, comme ils semblent vouloir le faire. Mais un tel système nécessiterait de la clarté, tout autant pour celles et ceux qui créent que pour celles et ceux qui les soutiennent.
      – Contrairement à ce que vous semblez avoir compris de notre position, sur ces questions nous sommes bien conscients des dérives inattendues qu’il pourrait y avoir à revendiquer une « modération » à l’aveugle ou en mode automatique/rigide. Deux contenus peuvent préciser notre position là-dessus : notre vidéo sur la réactance ( https://www.youtube.com/watch?v=hZueeA9b1xY ), et le dossier de Viciss sur la déconance militante https://www.hacking-social.com/2021/07/10/quest-ce-qui-deconne-dans-le-militantisme%e2%80%89-notre-dossier-chez-framablog/ )
      – Les plateformes comme Tipeee demeurent essentielles, et nous sommes aussi vigilantes à ce que cette polémique n’ait pas de répercussions, même indirectes, sur les créateurs/créatrices précaires. Je vois qu’il est facile pour certains, matériellement parlant, de quitter Tipeee, et j’ose espérer suite à cela qu’on ne tombera pas dans des discours moralisateurs du type « quitter Tipeee, ou alors vous avez les mains sales », car ce serait là une violence supplémentaire contre les créateurs/créatrices précaires, là encore ce seront ceux qui en bavent le plus qui seront pointés du doigts (et par des gens de gauche, un comble).

      • Milo
        6 septembre 2021
        Reply

        Je vous remercie pour cette réponse, Votre positionnement m’est plus clair et je pense que nous partageons effectivement beaucoup sur cette question. Voici quelques remarques et précision de ma part :

        Dans un premier temps, ma principal inquiétude est que le discourt sur cette affaire tel qu’il se tient actuellement a gauche me semble trop radical et simpliste pour une question qui, je pense, est en réalité bien plus délicate qu’il n’y parait. Votre réponse m’a convaincu que nous partageons les mêmes inquiétudes et la même prudence face a la modération.

        Je partage votre prise de position sur le bénéfice de la multiplication des plateformes, Pour autant, j’ai le sentiment que c’est une position trop peu partagé et développé dans notre camps politique. Je ne perçois pas Utip ou LiberaPay comme des alternative strictement meilleur que Tipee mais plutôt complémentaire. (a ce sujet, LiberaPay a, dans le discourt du moins, exactement la même politique de modération que Tipee : « Le service est ouvert à tous, l’association n’exclut un utilisateur que si elle en a l’obligation légale ou contractuelle. » Extrait des statut de l’association).

        Sur la modération, je comprend ce que vous proposez et cela me semble raisonnable pour une plateforme de la taille de Tipee. Cependant, et au vu d’une part du climat politique parfois complémentent lunaire que nous vivons en ce moment, d’autre part par la radicalité de certain discours marginaux, et finalement de la violence, y compris intra-communeautaire, que peuvent générer les discours marginaux, je ne suis pas convaincu qu’une plateforme privé comme Tipee soit fiable pour gérer cette modération. Si pour vous comme pour moi, un antisémitisme assumé ne saurait se confondre avec un discours féministe ou antiraciste radical, je craint que ce ne soit pas le cas pour encore énormément de gens en France, et je suis convaincu qu’il y aurait malgré tout des raté. Pour les créateurs et créatrices, cela équivaut a une perte pur et simple de leur revenu du jour au lendemain. Comprenez donc que je sois très frileux a cette idée. Pour autant, j’admets ne pas avoir de solution a proposé, si ce n’est la multiplication des plateformes.

        En supposant que, face a la pression, Tipee décide de préciser et développer sa politique de modération pour répondre aux critiques qui lui sont faites, je pense qu’on peut se douter qu’il ne le ferait pas de la façon que vous décrivez, faute de discours sur le sujet et d’alternative concrète développé. Dans cette situation, la réaction qui m’a paru majoritaire a gauche ( a savoir présenter la modération comme une évidence sans nuancer ou questionner les conditions de modération) me semble irresponsable. Cette critique ne vous est pas destiné, et lorsque je l’ai mentionné dans mon message initiale, c’était plus une remarque tangentiel qu’une question qui vous ciblait spécifiquement. (A la relecture, je me rend compte que cela pouvait paraitre ambiguë, c’est pourquoi je préfère le préciser ici).

        De même, lorsque je parle de signalement moral a la fin de mon message, cela ne cible pas votre discours mais plus spécifiquement des discourt dominants qu’on a pu voir sur le sujet et qui, faute de nuance, risquent de faire beaucoup plus de mal que de bien, En tout cas, c’est une crainte que j’ai.

        Dans tout les cas, je vous remercie pour avoir pris le temps de me répondre de façon aussi détaillé !

        • Chayka Hackso
          9 septembre 2021
          Reply

          Je partage votre frilosité, ça a été compliqué pour nous de déterminer, comment nous allions réagir, à savoir déjà si nous devions réagir ou non (car parfois il vaut mieux éviter). Là nous avons choisi d’en parler explicitement, de manière assez courte sur Twitter, puis de développer si nécessaire sur notre site (car Twitter n’est pas vraiment la plateforme la plus appropriée pour cela, on voit d’ailleurs l’emballement, les raccourcis, qui sont apparus assez vite, notamment des gens qui ont commencé à se faire insulter uniquement parce qu’ils soulevaient des nuances comme celles que l’on a dans nos présents échanges).
          D’ailleurs, ne vous inquiétez quant à une possible ambiguïté de votre premier message, aucun souci pour nous, et ce que vous portez dans vos propos est très important, c’est aussi pour cela que j’ai voulu apporter une réponse plus précise à l’aune de ce que vous évoquiez et que nous n’avions pas eu l’occasion de faire dans nos précédentes interventions sur cette histoire de développer.
          Je trouve aussi dommageable que ce qui s’est passé sur Tipeee n’ait pas été davantage l’occasion de poser plus clairement les problèmes, en évitant de simplifier à l’excès ce qui se passe, notamment en adoptant des postures binaires, du type légalisme VS moralisme, tout en suggérant que les autres plateformes étaient de fait plus éthiques.
          Sur la multiplication des plateformes, concernant le financement j’ai l’impression que ça se débloque un peu, mais ma vision est très subjective, je n’ai pas les moyens de confirmer ce que j’avance. Par contre, concernant la mise à disposition de contenus, ça bloque encore, la plupart des vidéastes n’ayant pas par exemple d’autres plateformes de diffusion à proposer.
          Merci à vous, et surtout n’hésitez pas, sur ce sujet ou un autre, de partager votre réflexion, de mettre le doigt sur les angles morts

  3. Epic-ip-fail
    8 septembre 2021
    Reply

    .- internet regorge de racisme et crime encore plus grave, pourtant vous y êtes encore
    – votre banque a t elle des intérêts avec quelque groupe pas très clair de par le monde ?
    – Lorsque vous roulez en voitures l’essence est bien d’origine éthique
    – la France à commis quelque génocide, des guerres impériale, récemment une guerre contre la Libye pas loin de l’illégalité vous y résidez ?
    – Youtube contient des vidéo plus que douteuses et certaine beaucoup trop explicite (hooo une tête volante), il semblerait que tant que le pdg nie et ment, ça passe ?

    Qui donc se trouve habilité a sanctionner du Sceau de l’acceptable, dieu ? Le tyran ? La foule ? Ou la justice ?

    Vous m’arrêtez quand vous avez saisi.
    Je narrive mm pas à me figurer tant de naïveté.
    On attendait beaucoup, beaucoup mieux de VOUS.
    Une vidéo explicative, neutralo-objectivo-impartiale.
    Mais certainement pas vous voir partir comme des prudes avec toute la congrégation d’âmes sensibles plus soucieux des apparences (et de leur porte feuille) et d’avoir les mains propres de la morale kantienne.
    Déception est un euphémisme.

    • Chayka Hackso
      9 septembre 2021
      Reply

      Vous êtes sûr d’avoir lu notre article, les autres commentaires et nos réponses ?
      Par exemple, saviez-vous qu’on ne quittait pas Tipeee ? Saviez vous qu’on ne partagez pas tout à fait la même position que d’autres vidéastes ayant pris position contre Tipeee (par exemple, pas d’appel à Boycott) ?
      Je vous invite à prendre connaissance de notre position sur cette question, tout est dispo sur la page que vous commentez.

      • Epic-ip-Fail
        10 septembre 2021
        Reply

        oui avec soin. et ma conclusion reste valide. [certes les traits grossis sont comparable a l’homme de paille tout ca…]
        Nous (votre public) attendions beaucoup mieux qu’une mise a distance. c’aurait été l’occasion d’une analyse précisément sur la revendication d’un groupe de pression exigeant la mise a mort d’aucun pour de simple convenance/divergence idéologique. [ Parce qu’il serait bon de se rappeler que l’extrême-droite (fr) (d’accord ou pas avec elle) n’est pas illégale en france, c’est a dire qu’il est considéré que ses revendications politiques ne sont pas incompatibles avec les institutions républicaines de notre nation. Et que conséquemment vouloir faire taire certain qui sont en désaccord me semble fort loin des aspirations démocratiques de beaucoup]
        Vous avez survolez un sujet profond. la « cancel-culture » aboutissement paradoxal du mouvement Militant-de-la-Tolérance.
        On pourrait se rassurer en estimant que ne sont que de jeunes gens restreint au brouhaha de twiter. sauf que se sont des adultes en devenir, des gens qui vont exercer des fonctions de direction, politique, un rôle a jouer dans leur famille (quelque soit sa forme) éduquer les générations a venir. Certain exerce même, déjà, une fonction de prêche auprès d’encore plus jeunes, influençable, eux qui se drapaient des atours rigoureux de La-Sciences, sont devenus entre temps les chantres d’une nouvelle Très Sainte Religions : le BIEN. Frappant d’anathèmes tous les divergents.
        les conséquences de ce genre de tendances/dérives sont documentées.

        j’ai conscience de la virulence de mon post, pour autant j’apprécie l’absence de censure de mon indélicatesse.

        • Chayka Hackso
          10 septembre 2021
          Reply

          Vous m’excuserez, mais pour pour reprendre votre conclusion au commentaire précédent, elle n’est pas fondée sur notre position vue qu’on ne quitte pas Tipeee. De notre part, il y a en effet une mise à distance, sur des propos bien précis, c’est à dire ici l’antisémitisme (rien d’étonnant vu nos travaux actuels), puis un choix, qui est en cohérence avec tout ce qu’on a fait jusqu’ici: multiplier les possibilités, les plateformes, sans en interdire aucune, en laissant chacun décider (c’est ce qu’on fait pour nos vidéos, nos livres, etc…). Pas de boycott, pas d’appel à embêter les autres créateurs et viewers qui auraient un autre avis en la demeure, ou même qui seraient complétement indifférent à cela.
          Cependant, je vois bien que tout cela vous met mal en l’aise, en colère, que vous aviez une exigence personnelle à notre égard et que de toute évidence nous n’avons pas répondons à votre attente perso.
          J’espérais en vous invitant à lire les échanges que nous avons avec d’autres commentateurs comme vous que vous y trouveriez davantage d’explications et de précisions sur notre position, qu’à défaut d’être en accord, vous pourriez au moins avoir en main les motifs de nos choix ou non-choix. Vraisemblablement non, et j’en suis désolé.

  4. Anonyme
    9 septembre 2021
    Reply

    Je me trompe peut-être, j’avoue ne pas m’être encore particulièrement renseigné sur le sujet à part cet article justement (très bien écris d’ailleurs, j’envie votre capacité de vous exprimer clairement), et quelques vidéos . Mais quand vous dîtes « Dans les réponses suite à ce reportage (voir ci-dessous) , le dirigeant ne revient pas sur ces propos tenus quant à l’antisémitisme. » je me demande ce que vous voulez dire par là.

    Dans le petit reportage du dirigeant suite à toute l’affaire, il dit que la volonté de Tipee c’est de ne pas virer les créateurs qui n’ont pas été juridiquement attaqués, ou qui ne font pas du contenu juridiquement attaquable. Et donc quand vous dîtes qu’il ne revient pas sur ces propos sur l’antisémitisme, bien qu’il ne l’ait pas dit de manière explicite (ce qui est effectivement curieux), il l’englobe malgré tout en parlant de contenu juridiquement attaquable. Dire des propos antisémite c’est un discours juridiquement attaquable (à moins que je me trompe ? Je suis peut-être naïf sur comment sont fait les lois), et donc de ce fait les auteurs/autrices aux propos antisémites sont des auteurs/autrices aux aux contenus juridiquement attaquables et donc peuvent très bien se faire modérer la face par Tipee.
    Je comprend bien que ce que vous demandez à travers cet article, c’est avant tout que Tipee donne une réponse claire à tout ça pour justement s’assurer que c’est bien ce qu’on doit comprendre (ou non, le cas échéant), et que le doute subsiste notamment à plusieurs interactions dans le passé avec la plateforme qui n’ont pas été très rassurants. Mais malgré tout, un discours antisémite c’est un discours interdit par la loi (du moins en public), alors je pense qu’on devrait pas trop se faire de soucis de ce côté-là, si les auteurs/autrices aux propos antisémites sur la plateforme se font attaquer juridiquement, Tipee devrait en toute logique les enlever.
    Suis-je passé à côté de quelque chose ?

    • Chayka Hackso
      10 septembre 2021
      Reply

      Bonjour,

      Oui, c’est bien par rapport aux exemples concrets apportés à Tipeee, à sa réponse, et surtout aux précédentes positions de Tipeee (que nous connaissions en off comme nous l’avons évoqué dans notre article, avec tout le flou et les contractions que cela pouvaient avoir) qui sont les motifs de nos présents propos. Comme vous le soulignez les postures, propos antisémites sont punis par la loi, et les structures comme les assos et entreprises ont une responsabilité quant à ses contenus, elles n’ont pas à attendre une condamnation pour intervenir. C’est aussi pour cela qu’on s’interroge: pourquoi, s’ils reconnaissent le caractère antisémite, et donc condamnable d’un contenu, ne font-ils rien (sur les exemples cités je parle, car je sais qu’ils sont déjà intervenus). Faut-il pour autant jouer la carte du légalisme ? Ou au contraire en appeler à ce que les entreprises privées comme Tipeee émettent leur propre critère avec tous les risques que ça comporte ? La réponse n’est pas simple, et pour aller plus loin sur ces interrogations, si cela vous intéresse, je vous renvoie à nos échanges dans les commentaires (ici-même) avec Milo qui présente tout justement les enjeux qu’il y a derrière, les angles morts qu’on peut avoir, surtout si on demande aux entreprises de se substituer à la justice, ou inversement à s’assujettir à elle.
      Bien à vous,
      Chayka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Quelques livres