[conférence] Pourquoi pôle emploi nous déprime ?

Au THSF 2017, Au travers l’exemple de pôle emploi, nous avons explorer un formatage profond dans la société qu’est la norme d’internalité et la norme d’allégeance. Ce formatage est roi des politiques de certaines institutions, et a des conséquences assez désastreuses sur le moral des personnes, leur dignité et à long terme, sur leur perception réduite du monde. Ce thème est cher à notre cœur, car bien au-delà de pôle emploi, l’internalité allégeante est un marqueur/une conséquence psychologique de l’idéologie qui nous gouverne inconsciemment actuellement, « la pseudoliberté » du néolibéralisme et de l’ultralibéralisme.

Le dossier sur le lequel est basé cette conférence :

Ou sur le site :

Gull Hackso Écrit par :

Gardien de l'île d'Horizon, grand amateur de ricochet nocturne. Si vous souhaitez nous soutenir c'est par ici : ♥ tipeee ou ♣ liberapay ; pour communiquer ou avoir des news du site/de la chaîne, c'est par là :

6 Comments

  1. 11 août 2017
    Reply

    Merci pour ce bon gros dossier que je découvre tout juste ! Vraiment passionnant, et ça m’a donné des mots pour mieux parler de beaucoup de choses que j’essaye d’expliquer à pas mal de gens… Je serais ravi d’en discuter plus en détails à l’occasion. J’aurais aussi quelques questions sur le rôle qu’on attribue à l’externe rebelle. J’ai l’impression que l’interne rebelle est cité comme faisant preuve de caractéristiques externes à certains moments. Je relirai pour mettre ça au clair.
    Ah oui, et comme je compte faire une vidéo sur Céline Alvarez dans pas si longtemps, je serais bien preneur si vous avez des sources critiques fiables.
    Merci ! Continuez votre excellent travail, c’est un vrai bonheur de vous lire.

    • Viciss Hackso
      11 août 2017
      Reply

      Merci !
      Le profil externe rebelle voit les déterminants sociaux, par contre ses réponses sont en quelque sorte sans pouvoir sur la situation, fataliste (à la différence de l’interne rebelle qui lui envisage un possibilité d’agir qu’on perçoit au travers ces attributions).

      Concernant Alvarez, je suis également en cours de réflexion d’un papier dessus, et je suis face au même problème que toi : pas de critique fiable en vue ; des critiques, des reproches, de la haine j’en ai trouvé pêle mêle, mais des critiques constructives et précises sur les démarches pédagogiques, aucune. Pire, les articles critiques sont mensongers très souvent, je te conseille de les comparer avec l’expérience elle même car une foule de faux faits se glisse dans les critiques, parfois même sont commentés des idées complétement reçues sur Montessori en général mais qui n’ont rien à voir avec l’expérience de Gennevilliers. Le seul papier a peu prés correct que j’ai trouvé était dans un cerveau et psycho( http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/a/article-la-neuroeducation-magie-ou-science-38166.php ) et encore, je l’ai trouvé extrêmement light comparé à ce qu’il peut y avoir à dire. A noter que Stanilas Dehaene en parle aussi dans ses cours au collège de France (http://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/course-2014-2015.htm ) mais en tant qu’illustration positive sur la question des fondements cognitifs de l’apprentissage (cours absolument passionnants et parfaitement solide en terme scientifiques). Je ferais ma « critique » (ou plutôt analyse) dans le papier surement, basé aussi sur les effets psychologiques que je pense probable (par exemple, l’autodetermination > https://www.hacking-social.com/2015/10/13/se-motiver-et-motiver-autrui-une-histoire-dautodetermination/ ) quand on inspecte le comportement des enfants et les touts petits details de l’apprentissage qui a été mené à Genneviliers.

      • 11 août 2017
        Reply

        Mais entre un profil externe / interne (et ça s’applique aussi concernant l’allégeance je suppose), c’est un continuum, non ? Est-ce qu’il y a des équivalents au coefficient de corrélation qui correspondraient à une tendance qu’on pourrait voir comme « 60% externe, 40% interne » ? Typiquement, que déduire si je pense que « la réussite sociale est majoritairement issue de facteurs sur lesquels on n’a individuellement pas de contrôle » (c’est à dire que même si certaines personnes réussissent socialement, c’est qu’elles ont eu un certain nombre de « chances », comme un milieu familial, des rencontres, et autres qui sont attribués au hasard), et que « peu importe s’il ne s’agit que d’une illusion de contrôle, il sera préférable de faire comme si en vue de maximiser les chances de réussite ?

        Merci pour les quelques pistes concernant Céline Alvarez ! De ce que j’en ai lu, et des échos que j’ai pu avoir j’ai cru comprendre qu’elle a effectivement fait quelque chose de génial mais qu’elle a pris la grosse tête…
        Enfin on se tiendra au courant si on voit passer des critiques constructives sur la pédagogie… je continuerai à creuser de mon bord aussi.
        Merci encore !

  2. yop
    3 septembre 2017
    Reply

    Personnellement je n’avais pas vu ça comme ça, le fait de penser « cause extérieure = se sentir dépassé », « cause interne = c’est le système ou c’est lui » plutôt que « cause externe=cause sociologique/psychologique » et « cause interne=c’est ma faute ou c’est grâce a moi », c’est pour cela que je n’ai pas compris au début…
    A savoir d’ou viént cette idée reçue …

  3. Mickael
    10 septembre 2017
    Reply

    Les assistés ne sont pas ceux qui se présentent aux bureaux des aides sociales. Les assistés sont ceux qui paient d’autres assistés pour négocier les droits et les biens communs avec des gens qui veulent juste travailler dignement. Ceux que l’on paie à l’origine pour trouver des emplois ne sont pas là pour trouver des emplois. Ils sont là pour maintenir le coût de l’emploi au niveau le plus faible possible tout en donnant l’illusion qu’ils en créent et que ce sont les gens qui refusent de travailler . L’ idée est que la seul alternative au travail c’est être « employé » pour des sociétés de plus en plus grosses et de moins en moins nombreuses. Demain si on supprimait tout les pôles emplois de France, que feraient toute cette bureaucratie du management et de l’exploitation des « ressources humaine » ? Les seuls boulots que les pôles emplois fabriquent sont des postes d’ « exploitants d’humains ».

  4. Lerebel
    27 octobre 2017
    Reply

    J’adore le lapsus « chômaise » à 1h40’09 », sorte de contraction langagière entre chômage et à l’aise, c’est excellent ! ( Bon ok, c’est de l’humour de psy 😉 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Quelques livres