[TMT8] Et si le temps d’attention était la solution contre les biais ?

Toujours dans l’idée d’investiguer pourquoi et comment les pleinement conscients arrivent à stopper les biais liés à la saillance de la mort ou à les renverser pour des postures inverses, les chercheurs ont postulé que les pleinement conscients passaient plus de temps à réfléchir à la mort lors de la saillance de la mort : des recherches précédentes (Arch & Craske, 2006; Eifert & Heffner, 2003), ont montré que le trait pleine conscience est lié à une plus grande réception et à un traitement conscient des expériences menaçantes ou aversives.

Cet article est la suite de :

Conseil : si vous avez la flemme de lire tout le dossier, mais que vous voulez comprendre cette étude, l’article 2  peut suffire (ici : https://www.hacking-social.com/2018/01/29/tmt2-la-theorie-de-la-gestion-de-la-terreur-quest-ce-que-cest/ ) ; si vous ne comprenez pas le principe des corrélations, nous expliquons cela dans un paragraphe de l’article TMT3 (ici : https://www.hacking-social.com/2018/02/05/tmt3-quand-penser-a-la-mort-nous-fait-perdre-lesprit-critique/ ).

L’image d’en-tête est une représentation de LA MORT dans l’univers de Terry Pratchett (qui aime beaucoup les chats) ; L’artiste qui a réalisé cette image est ici : https://tealin.dreamwidth.org/477652.html

Ils ont donc repris le protocole de l’étude 1 sur les biais pro-us et ont observé le temps passé à l’écriture lors de la saillance (que ce soit une saillance de la mort ou dans la condition contrôle une saillance de la douleur dentaire)


Étude 6


Il y avait 96 sujets étudiants pour cette étude.

Cela se déroulait ainsi :

Étape 1

Les personnes remplissaient certains questionnaires :

Étape 2

Ils étaient soumis à une saillance de la mort ou, dans la condition contrôle, à un sujet sur la télévision (comme l’étude 1) . Le temps d’écriture était compté.

Étape 3

c’est le temps de distraction, dans cette étude on faisait remplir un questionnaire d’humeur.

Étape 4

On leur présentait des essais d’immigrants aux USA : l’un des immigrants avait rédigé un essai pro-USA, l’autre était un essai critique anti-USA. C’est la même condition que dans l’étude 1.


Les scores


Comme l’étude 1, les personnes pleinement conscientes font moins de biais, que ce soit en condition contrôle ou en saillance de la mort qui sont quasi identiques. Les moins pleinement conscients rapportent plus de biais, surtout en condition saillance de la mort.

En condition contrôle

On ne voit là aucune corrélation entre les caractéristiques et les biais, que ce soit dans leur modération ou dans leur augmentation.

En condition de saillance de la mort

Le temps d’écriture est effectivement un modérateur qui empêche les biais (le temps n’est pas corrélé au biais à -0,36 (la probabilité que ce résultat soit lié au hasard est inférieure à 0,05 %), la pleine conscience est toujours plus modératrice du biais (-0,61, la probabilité que ce résultat soit lié au hasard est inférieure à 0,001 %). Le nationalisme par contre est lié au biais à 0,36 (la probabilité que ce résultat soit lié au hasard est inférieure à 0,05 %).

En résumé

« Ceux qui ont une pleine conscience plus élevée ont écrit pendant plus longtemps (il y a un contrôle du nombre de mots) dans les deux conditions d’induction. Nous interprétons ceci comme un faible traitement défensif de la part des pleinement conscients, car ces participants considéraient à la fois des expériences menaçantes (mortalité personnelle) et aversives (douleur dentaire) pendant plus longtemps.

Cependant, nous ne pouvons pas conclure de façon définitive que ceux qui sont plus conscients ont moins de défense proximale sous saillance de la mort. […] L’ampleur de la réduction des biais pro-U.S. par un temps d’écriture plus long sous saillance de la mort était modeste mais significative, et il a été trouvé après contrôle du nombre de mots, représentant une explication alternative possible pour le résultat. »

« Being Present in the Face of Existential Threat: The Role of Trait Mindfulness in Reducing Defensive Responses to Mortality Salience » Christopher P. Niemiec, Kirk Warren Brown, Todd B. Kashdan, Philip J. Cozzolino, William E. Breen, Chantal Levesque-Bristol, Richard M. Ryan Journal of Personality and Social Psychology 2010

  • Les personnes pleinement conscientes passent plus de temps à écrire en temps de saillance de la mort, ce qui est un facteur qui, par la suite, les font moins tomber dans les biais.
  • Le temps passé à réfléchir à un sujet permet par la suite de contrer son influence négative (ici, être plus ethnocentrique). Ainsi c’est véritablement une piste de hacking social de donner du temps, de prendre son temps pour faire face consciemment à des sujets difficile : cela permet d’être moins influencé par la suite.
  • Les nationalistes sont encore une fois très influencés par la saillance de la mort, leurs biais ethnocentriques sont bien plus grands après saillance. Ainsi on peut se demander – à titre de hacking social – si la peur de la mort en eux est telle qu’ils ne peuvent absolument pas la penser, donc ils sont vivement influençables par la suite. Où est-ce, comme le disait Adorno, un problème de conscience, une sorte d’incapacité à prendre conscience de certains sujets, pour des raisons de traumatismes et conflits psychologiques ?

La prochaine fois, on verra la dernière étude qui va se questionner sur la suppression de l’idée de la mort lors de la saillance : comment se déroute-t-elle chez les pleinement conscients Vs les moins conscients ?

La suite : [TMT9] Les pleinement conscients ont-ils vraiment ce pouvoir de supprimer l’influence de la saillance de la mort ?

Viciss Hackso Écrit par :

Attention, atteinte de logorrhée écrite et sous perfusion de beurre salé. Bisounours destructrice de choux-fleurs à temps partiel.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me notifier des

Livres piratables