[TMT10] Contempler sa propre mort pour vivre dans un monde moins destructif : la conclusion des chercheurs

Par désir d’objectivité, je vais m’en tenir à une traduction et à une explication plus vulgarisée du propos des chercheurs ; nous reviendrons dans un autre chapitre sur notre vision de cette étude, non en termes de recherche mais en tant que connaissances inspiratrices pour le hacking social.

Cet article est la suite de :

Conseil : si vous avez la flemme de lire tout le dossier, mais que vous voulez comprendre cette étude, l’article 2 peut suffire (ici : https://www.hacking-social.com/2018/01/29/tmt2-la-theorie-de-la-gestion-de-la-terreur-quest-ce-que-cest/ ) ; si vous ne comprenez pas le principe des corrélations, nous expliquons cela dans un paragraphe de l’article TMT3 (ici : https://www.hacking-social.com/2018/02/05/tmt3-quand-penser-a-la-mort-nous-fait-perdre-lesprit-critique/ ).

Ce dossier est disponible en PDF : https://www.hacking-social.com/wp-content/uploads/2018/07/la-pleine-conscience-de-la-mort-2.pdf


Ce qui a été découvert dans ces 7 études


« La TMT (Terror Management Theory) offre un cadre pour expliquer comment la menace existentielle peut engendrer des réponses défensives proximales et distales. Il est intéressant de savoir si de telles réponses sont évitables ou non. Les études actuelles s’ajoutent à un nombre croissant de recherches suggérant que les réponses défensives à la saillance de la mort peuvent être atténuées (Florian, Mikulincer et Hirschberger, 2001, Harmon-Jones et al., 1997). Ces sept études sont les premières que nous connaissons à examiner le rôle de la pleine conscience dans les processus de gestion de la terreur, et les résultats suggèrent que la pleine conscience réduit l’effet de la saillance de la mortalité sur les défenses proximales et distales. Parce que la pleine conscience concerne un mode particulier de traitement conscient, elle a une pertinence directe pour la TMT et d’autres théories qui accordent une place centrale à la compréhension des différences individuelles dans leurs réponses à la menace (voir Brown, Ryan, Creswell et Niemiec, 2008). »

« Being Present in the Face of Existential Threat: The Role of Trait Mindfulness in Reducing Defensive Responses to Mortality Salience » Christopher P. Niemiec, Kirk Warren Brown, Todd B. Kashdan, Philip J. Cozzolino, William E. Breen, Chantal Levesque-Bristol, Richard M. Ryan Journal of Personality and Social Psychology 2010

Autrement dit, la pleine conscience des personnes peut être un facteur qui explique pourquoi certaines personnes se comportent différemment face à la menace, par exemple en restant intègres, calmes.

«  L’opérationnalisation variée de la défense de la vision du monde, via le contrôle de la personnalité des sujets, de leur attitudes, et différentes procédures ont confirmé, lors des 3 premières expériences, que le trait pleine conscience atténue l’effet de la saillance de la mort. Plus précisément, les participants moins conscients sous saillance de la mort ont montré plus de biais pro-États-Unis (étude 1), plus de biais plus pro-blanc (étude 2) et plus de jugements sévères des transgressions sociales (étude 3) que ceux dans les conditions de contrôle. L’étude 4 montrait que le manque de défense de la vision du monde chez les plus conscients n’était pas attribuable à leur vision du monde différente de celle des moins conscients, car l’étude révélait que les plus conscients ne défendaient pas une constellation de valeurs théoriquement associées à la pleine conscience. L’étude 5 a démontré que la modération par la pleine conscience va au-delà de cette défense de la vision du monde pour regagner l’estime de soi. »

« Being Present in the Face of Existential Threat: The Role of Trait Mindfulness in Reducing Defensive Responses to Mortality Salience » Christopher P. Niemiec, Kirk Warren Brown, Todd B. Kashdan, Philip J. Cozzolino, William E. Breen, Chantal Levesque-Bristol, Richard M. Ryan Journal of Personality and Social Psychology 2010

Autrement dit, la pleine conscience est un trait qui permet aux sujets de ne pas tomber dans tous les biais qui avaient été trouvés dans la théorie de la gestion de la terreur.

« Deux expériences finales ont examiné les processus de défense proximaux à travers lesquels la pleine conscience peut atténuer l’effet de la saillance de la mortalité. L’étude 6 a montré qu’un temps d’écriture plus long au cours de l’induction de la saillance de la mort représentait une partie de la relation inverse de l’attention à la défense distale. »

« Being Present in the Face of Existential Threat: The Role of Trait Mindfulness in Reducing Defensive Responses to Mortality Salience » Christopher P. Niemiec, Kirk Warren Brown, Todd B. Kashdan, Philip J. Cozzolino, William E. Breen, Chantal Levesque-Bristol, Richard M. Ryan Journal of Personality and Social Psychology 2010

C’est-à-dire qu’écrire plus longtemps est un facteur lié à l’attention, qui permet aux défenses distales de ne pas entrer en jeu.

« L’étude 7 a révélé que les personnes plus conscientes témoignaient moins de suppression des pensées de mort. En effet, le schéma typique de l’accessibilité aux pensées de la mort après la saillance de la mortalité (suppression initiale et augmentation retardée) était prouvée seulement parmi ceux moins conscients. Ces études ont suggéré que les plus conscients démontrent moins de défense proximale, ce qui peut expliquer leur défense distale atténuée. »

« Being Present in the Face of Existential Threat: The Role of Trait Mindfulness in Reducing Defensive Responses to Mortality Salience » Christopher P. Niemiec, Kirk Warren Brown, Todd B. Kashdan, Philip J. Cozzolino, William E. Breen, Chantal Levesque-Bristol, Richard M. Ryan Journal of Personality and Social Psychology 2010

Comme les plus conscients consacrent leur attention à traiter la mort durant la saillance de la mort, alors il n’y a pas la défense proximale (c’est-à-dire pas de suppression de la pensée de la mort) donc pas de défense distale (pas de biais, pas de besoin de regagner l’estime de soi, pas de besoin de défendre l’endogroupe et les normes sociales ou de s’attaquer à l’exogroupe).

«  Bien sûr, nous ne pouvons pas conclure définitivement que la défense proximale inférieure sert de médiateur dans la relation entre pleine conscience et défense distale parce que l’étude 7 n’a pas évalué une telle défense.
Il y a des défis concernant les procédures pour évaluer la défense distale suite à l’accessibilité des pensées de la mort, car il est possible que la dernière mesure puisse amener les pensées de mort à la conscience et perturber la dynamique qui facilite l’émergence de la défense distale. Un examen attentif de la chaîne complète des processus de défense proximale et distale est nécessaire. Néanmoins, les études actuelles ont fortement corroboré l’hypothèse selon laquelle la pleine conscience réduit les réponses défensives à la menace existentielle. »

« Being Present in the Face of Existential Threat: The Role of Trait Mindfulness in Reducing Defensive Responses to Mortality Salience » Christopher P. Niemiec, Kirk Warren Brown, Todd B. Kashdan, Philip J. Cozzolino, William E. Breen, Chantal Levesque-Bristol, Richard M. Ryan Journal of Personality and Social Psychology 2010

Autrement dit, de nouvelles procédures de recherches sont nécessaires à mettre en œuvre pour bien comprendre ce qu’il se passe, car actuellement les tests cognitifs de rappel de mots perturbent peut-être le mécanisme des défenses et, en cela, faussent peut être le rendu des défenses, notamment chez ceux qui en font preuve. Cependant cela ne change pas le fait qu’effectivement la pleine conscience réduit les défenses.

«  Nos études ne sont pas les premières à examiner des ressources internes aux personnes qui modèrent l’effet de la saillance de la mort. Florian et al. (2001) ont constaté que le courage (Kobasa 1982) en tant que facteur de résilience, atténue l’estimation de la menace et accentue la perception du défi dans des conditions de stress, ce qui réduit la défense de la vision culturelle du monde. Le courage diffère de la réceptivité volontaire de la pleine conscience, mais ces deux lignes de recherche suggèrent que certaines forces psychologiques peuvent atténuer les réponses défensives aux menaces existentielles »

« Being Present in the Face of Existential Threat: The Role of Trait Mindfulness in Reducing Defensive Responses to Mortality Salience » Christopher P. Niemiec, Kirk Warren Brown, Todd B. Kashdan, Philip J. Cozzolino, William E. Breen, Chantal Levesque-Bristol, Richard M. Ryan Journal of Personality and Social Psychology 2010

Ce qui veut dire que le trait « courage » transforme une situation de menace en défi à relever, ce qui permet de réduire les biais défensifs. Ce n’est pas le même travail que la pleine conscience, mais ce sont deux forces qui atténuent les défenses.

« Nos études complètent d’autres recherches visant à déterminer si les personnes réagissent nécessairement de manière défensive aux confrontations avec la mort. Par exemple, Cozzolino, Staples, Meyers et Samboceti (2004), ont trouvé que les participants matérialistes [c’est à dire préoccupés par le fait de posséder, d’avoir beaucoup d’argent ; ce n’est pas la définition philosophique] qui lisaient un scénario de réflexion de mort profond et concret manifestaient moins de cupidité que ceux qui étaient dans un état de saillance de la mort, suggérant que la réflexion au sujet de la mort pouvait atténuer le matérialisme. Lykins, Segerstrom, Averill, Evans et Kemeny (2007) ont rapporté un même changement, où les sujets s’éloignaient des valeurs extrinsèques [= posséder plus que son voisin, être riche, ne pas être un “loser”, etc.] à la suite d’une confrontation directe avec la mort (chez des survivants à un tremblement de terre). Une telle recherche suggère qu’une contemplation profonde de la mortalité réduit les mécanismes défensifs, et nos études indiquent un facteur de différence individuelle qui atténue les réponses défensives à la saillance de la mortalité. »

« Being Present in the Face of Existential Threat: The Role of Trait Mindfulness in Reducing Defensive Responses to Mortality Salience »Christopher P. Niemiec, Kirk Warren Brown, Todd B. Kashdan, Philip J. Cozzolino, William E. Breen, Chantal Levesque-Bristol, Richard M. Ryan Journal of Personality and Social Psychology 2010


Synthèse avec d’autres théories sur la conscience et la defensivité


« La TMT postule que la conscience de soi catalyse l’expérience de l’angoisse existentielle (Pyszczynski et al., 1990), mais on reconnaît de plus en plus que la conceptualisation et la phénoménologie de la “conscience de soi” peuvent être comprises de différentes manières (Brown et al. ), avec des implications divergentes pour la réponse défensive (Brown et al., 2008). Contrairement à la conscience réflexive, où l’expérience et le comportement phénoménaux sont des objets d’attention évaluative et auto-pertinente, la personnalité et les théories cliniques convergent pour mettre en évidence l’importance de la conscience intégrative (voir Brown et al., 2007, pour une revue ). Bien que diversement décrite dans différents cadres, la conscience intégrative est invariablement caractérisée par un intérêt assimilatoire et non discriminatoire à ce qui se passe à la fois interne et externe et favorise la synthèse, l’organisation et l’intégration dans le fonctionnement (Ryan, 1995). La conscience intégrative implique un mode ouvertement exploratoire de traitement conscient pour
l’information, le développement d’informations et la facilitation de l’autorégulation, , du fonctionnement social et du bien-être psychologique (Niemiec, Ryan, & Brown, 2008). »

« Being Present in the Face of Existential Threat: The Role of Trait Mindfulness in Reducing Defensive Responses to Mortality Salience » Christopher P. Niemiec, Kirk Warren Brown, Todd B. Kashdan, Philip J. Cozzolino, William E. Breen, Chantal Levesque-Bristol, Richard M. Ryan Journal of Personality and Social Psychology 2010

Le concept de « conscience de soi » est problématique actuellement dans le champ de la recherche, parce qu’il renvoie à différentes formes de consciences qui n’ont pas les mêmes déterminants ou facteurs. Pour le dire de façon tout autre que ce paragraphe, je pense que la notion d’ego employée en français est plus représentative, d’un coté on a une conscience de l’ego, qui est défensive et non intégrative : c’est-à-dire que la personne a conscience de soi pour se protéger, rehausser son image d’elle-même, mais ce n’est pas une conscience qui intègre les éléments extérieurs (qui peuvent menacer l’ego) ni même intérieurs (par exemple, elle peut être en colère, mais elle va le denier, se le refuser parce que ce n’est pas l’image qu’elle veut avoir d’elle ou cela peut être mal perçu par l’extérieur). C’est différent pour le concept de conscience intégrative, où la personne intègre des éléments extérieurs et intérieurs : elle a conscience de sa colère par exemple, l’accepte pour la réfléchir et la présenter à l’extérieur ; tout comme elle peut accepter un élément extérieur fâcheux, que l’autre soit en colère contre lui et intégrer ce phénomène pour le réfléchir sans être en mode défensif (par exemple, ce mode défensif serait de dire que l’autre a tort, est con, et ainsi ne pas regarder la situation ou ce qu’on lui aurait fait, ainsi on se protège de l’auto-reproche).

« Tout particulièrement pertinent pour cette présente recherche, Hodgins et Knee (2002) ont utilisé la théorie de l’autodétermination en proposant un modèle pour examiner comment les expériences conscientes établissent un rapport au mode défensif. Ils ont suggéré que lorsque les gens abordent les situations avec un sentiment d’“ouverture”, cela leur permet une perception précise de la réalité, et alors les individus ont une grande tolérance pour rencontrer l’expérience sans se sentir menacés ou avoir besoin de se défendre » (Hodgins & Knee, 2002, pp. 88-89). L’ouverture est similaire à la pleine conscience telle que décrite par Brown et Ryan (2003) et autres (Kabat-Zinn, 1990). Comme le prédit le modèle de Hodgins et Knee, les études actuelles indiquent que l’attention réceptive atténue la réponse défensive à la menace. Cette recherche s’aligne avec d’autres travaux sur le conflit entre partenaires amoureux (Barnes et al., 2007), la menace émotionnelle (Arch & Craske, 2006) et d’autres menaces de l’ego (Hodgins, 2006) en suggérant que, lorsque les gens maintiennent une attention ouverte, centrée sur le présent, ils répondent moins défensivement lorsqu’ils sont menacés. »

« Being Present in the Face of Existential Threat: The Role of Trait Mindfulness in Reducing Defensive Responses to Mortality Salience » Christopher P. Niemiec, Kirk Warren Brown, Todd B. Kashdan, Philip J. Cozzolino, William E. Breen, Chantal Levesque-Bristol, Richard M. Ryan Journal of Personality and Social Psychology 2010

Autrement dit, lorsque les personnes abordent toutes sortes de situations, notamment menaçantes, avec une ouverture, une attention centrée sur le présent, intégrative, alors elles sont moins en mode défensif, car elles se sentent moins menacées. À noter que nous avons un peu abordé la théorie de l’autodétermination ici : ; et nous reviendrons très souvent, beaucoup plus exhaustivement parce que cette théorie est extrêmement fournie, sérieuse, rigoureuse et must du must, extrêmement critique de la société actuelle.


Limitations et recherches futures


“Les études menées dans cette recherche ont été faites sur des échantillons d’étudiants. Il est important pour la recherche future de reproduire ces résultats parmi d’autres communautés adultes et dans d’autres cultures. De plus, certains des résultats évalués dans ces études avaient des caractéristiques idéologiques partagées. Plusieurs constructions pertinentes ont été contrôlées (nationalisme, attitudes politiques, estime de soi, Big Five), mais des recherches futures examinant un plus large éventail de résultats (par exemple, la structuration de l’information sociale) sont nécessaires pour tester la généralisabilité de la pleine conscience dans l’atténuation de la défense trouvée ici”

« Being Present in the Face of Existential Threat: The Role of Trait Mindfulness in Reducing Defensive Responses to Mortality Salience » Christopher P. Niemiec, Kirk Warren Brown, Todd B. Kashdan, Philip J. Cozzolino, William E. Breen, Chantal Levesque-Bristol, Richard M. Ryan Journal of Personality and Social Psychology 2010

Le grand défaut de ces 7 études a été qu’elles n’ont eu que des étudiants pour sujets, et majoritairement avec une culture anglo-saxonne, avec des différences idéologiques peu marquées. On ne peut pas généraliser l’effet de la pleine conscience sans avoir testé des échantillons de personnes radicalement différentes.

“Une autre limite est que la pleine conscience n’a pas été manipulée dans ces études, de sorte que les résultats peuvent avoir été dus à d’autres variables associées à la pleine conscience. Des études expérimentales sur l’amélioration de la pleine conscience (inductions, interventions) sont nécessaires pour déterminer le rôle causal potentiel de la pleine conscience dans la modération des réponses de défense proximale et distale. Arch et Craske (2006) ont constaté que la pleine conscience peut être augmentée pendant de courtes périodes en laboratoire, et des recherches sur les programmes de formation à la pleine conscience ont montré que les changements dans la pleine conscience sont liés à des changements cognitifs et émotionnels salutaires (Shapiro, Brown, & Biegel, 2007). La recherche examinant le rôle des traits de pleine conscience dans les résultats psychologiques et comportementaux est plus avancée que les approches parallèles utilisant des approches expérimentales, mais il est important pour la recherche future de reproduire les résultats actuels en utilisant des conceptions permettant des inférences causales. De telles conceptions peuvent faciliter les efforts pour tester la médiation, comme cela a été fait ici (Spencer, Zanna, & Fong, 2005). Ceci mis à part, il est remarquable que les études actuelles ont démontré des réplications multiples de l’atténuation de la défense grâce à la pleine conscience induite expérimentalement, et plusieurs explications alternatives de cette modération n’ont pas été soutenues.”

« Being Present in the Face of Existential Threat: The Role of Trait Mindfulness in Reducing Defensive Responses to Mortality Salience » Christopher P. Niemiec, Kirk Warren Brown, Todd B. Kashdan, Philip J. Cozzolino, William E. Breen, Chantal Levesque-Bristol, Richard M. Ryan Journal of Personality and Social Psychology 2010

Une autre des limites à ces 7 études est que la pleine conscience n’a ici été étudiée que sous un seul aspect, alors qu’on aurait pu par exemple induire la pleine conscience sur les sujets par des exercices précis (qui fonctionnent dans d’autres études). Les effets d’induction de pleine conscience sont assez stupéfiants sur bon nombre de plans, que ce soit la réduction des défenses, mais aussi de meilleurs fonctionnements émotionnels ou cognitifs . Ici, les chercheurs partagent à la fois leur enthousiasme et peut-être, implicitement, la frustration de ne pas avoir pu tester d’autres protocoles pour voir les effets de la pleine conscience sur la saillance de la mort.

“Les études actuelles ont utilisé une mesure des traits de la pleine conscience (Brown & Ryan, 2003) qui a fait l’objet de vastes efforts de validation. Les recherches futures pourraient examiner si d’autres mesures de la pleine conscience (pour les revues, voir Baer et al., 2006; Brown et al., 2007) donnent des résultats similaires. Il est également important que les recherches futures en matière de gestion de la pleine conscience et de la terreur s’étendent au-delà des mesures subjectives de la défense et examinent les résultats comportementaux (McGregor et al., 1998). Enfin, de futures recherches pourraient examiner si la pleine conscience atténue les réponses défensives aux saillances de la mort subliminales, étendant ainsi nos découvertes au-delà des inductions supraliminaires des saillances de la mort”

« Being Present in the Face of Existential Threat: The Role of Trait Mindfulness in Reducing Defensive Responses to Mortality Salience » Christopher P. Niemiec, Kirk Warren Brown, Todd B. Kashdan, Philip J. Cozzolino, William E. Breen, Chantal Levesque-Bristol, Richard M. Ryan Journal of Personality and Social Psychology 2010

Ici, les chercheurs disent qu’il serait vraiment intéressant de voir si la pleine conscience fonctionne également lorsque la saillance de la mort est subliminale, car en effet avec le subliminal impossible de « mentir » : le signal est imperceptible par la conscience, il n’y a que les processus cognitifs inconscients qui l’enregistrent.

À titre personnel, je dirais que si la pleine conscience avait un effet sur des signaux subliminaux, on pourrait littéralement parler de vaccin contre les biais et influences inconscientes, car cela voudrait dire que la pleine conscience change même les processus cognitifs inconscients de façon à les rendre plus contrôlables, moins automatiques. Si c’était possible, on pourrait avancer que oui, le libre arbitre peut exister, car on peut contrôler et changer nos processus inconscients grâce au travail de la conscience. Je vais peut-être très loin ici dans la prospective, mais clairement ce genre de découverte pourrait être vraiment extraordinaire, tout comme leur infirmation (que la pleine conscience ne peut rien pour changer les processus cognitifs inconscients) le serait également.


Conclusion


“La recherche actuelle a apporté un soutien empirique à l’affirmation de Kuëbler-Ross (1969) selon laquelle une considération réceptive de la mort peut réduire les conflits interpersonnels. La réponse défensive à la SP semble dépendre de la mesure dans laquelle les gens considèrent leur propre mort. Ces résultats sont encourageants non seulement parce qu’ils pointent vers une ressource interne qui réduit la défense proximale et distale, mais aussi parce que l’attention peut être cultivée (Kabat-Zinn, 1990). De telles découvertes approfondissent également notre compréhension des rôles que les différents modes de traitement conscient peuvent jouer dans la gestion de la terreur.”

« Being Present in the Face of Existential Threat: The Role of Trait Mindfulness in Reducing Defensive Responses to Mortality Salience » Christopher P. Niemiec, Kirk Warren Brown, Todd B. Kashdan, Philip J. Cozzolino, William E. Breen, Chantal Levesque-Bristol, Richard M. Ryan Journal of Personality and Social Psychology 2010

Autrement dit, cette recherche est extrêmement enthousiasmante, car elle confirme qu’effectivement, on peut aller au-delà de nos défenses, traitements automatiques, biais, via la pleine conscience. La pleine conscience n’est pas un trait que l’on a ou que l’on n’a pas, on peut la développer, la travailler. Voici la citation à laquelle les chercheurs font référence, excellente citation qui va introduire notre futur chapitre orienté hacking social 🙂

“Si nous faisions tous un effort total pour contempler notre propre mort, pour faire face à nos angoisses entourant le concept de notre mort. . . peut-être qu’il pourrait y avoir moins de destructivité autour de nous. (Kübler-Ross, 1969)

Le prochain article abordera nos critiques de ces études et en quoi elles concernent le hacking social !

La suite : [TMT11] En quoi la théorie de la gestion de la terreur peut aider au hacking social ?

Viciss Hackso Écrit par :

Attention, atteinte de logorrhée écrite et sous perfusion de beurre salé. Bisounours destructrice de choux-fleurs à temps partiel.

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Viciss Hacksoutopiedujour Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
utopiedujour
Invité

ils ond decouvert l’eau chaude ! les rites de passages existent depuis des millénaires

Nos livres piratables