[FL8] Nous sommes le produit de ce à quoi nous avons accordé de l’attention

Plus qu’un état enviable, nous disions en introduction de ce dossier que le flow permettait de trouver des pistes pour donner des sens à sa vie. Aujourd’hui, nous voyions comment l’attention qu’on décide d’accorder à quelque chose donne en retour des sens à nos vies, et en plus, nous permet de résister à des influences négatives.

Cet article est la suite de :

Photographie d’en-tête par astrid westvang


Le flow comme façon de voir le monde différemment


Mihaly et les chercheurs du flow intègrent l’expérience optimale dans une conception plus large que celle perçue dans les recherches précédentes.

Nos expériences, c’est-à-dire notre vie, sont ce à quoi nous portons attention : nous choisissons d’accorder de l’attention au dessin lorsqu’on est enfant par exemple, puis nous gardons cette attention en développant encore et encore des techniques de dessin, et nous voici, à chaque étape de vie, revalider ce choix d’attention : c’est ce que nous aimons par-dessus tout, autrement dit nous voulons continuer à garder notre attention focalisée sur le dessin, l’illustration, et tout un tas de domaines annexes, mais complémentaires à cette compétence. Ainsi, observer une pub dans la rue ne sera peut être pas perçu prioritairement comme « ce produit est intéressant », mais sous l’angle artistique, que le design nous plaise ou non. Parce que le dessinateur a possiblement modelé sa perception pour voir d’abord le côté artistique des choses.

Le flow, dans ce cas de vocation réfléchie et ayant résisté à toutes les étapes de vie et à ses crises, est le noyau qui guide l’individu, au point que ce dernier ne perçoit pas d’emblée les mêmes choses qu’une personne qui n’a pas accordé d’attention aux techniques artistiques et qui verra le produit, le message, mais pas la volonté d’agresser ou séduire avec telles couleurs et telles formes.

Nous sommes le produit de ce à quoi nous avons accordé de l’attention, ainsi si nous avons consacré notre vie à porter attention à un domaine particulier, que nous y avons été actifs, que nous nous sommes développés à travers lui, c’est extrêmement différent que d’avoir laissé à disposition son attention à qui voudrait la prendre.

Face à une pub, un psychologue social qui a porté toute son attention aux mécanismes de manipulation y verra les leviers de l’influence et de la persuasion, notamment via la couleur, le message ; un écrivain qui a porté toute son attention à rapporter avec justesse des histoires qu’il a inventées y verra une substance pour sa prochaine histoire, imaginant le service marketing inventant cette publicité, imaginant la personne être influencée par cette pub, imaginant un monde où la publicité est plus violente ou interdite, etc. ; une personne travaillant dans le marketing, ayant consacré son attention à construire des leviers pour fabriquer des besoins, y verra les « bons » leviers, les notera pour les reproduire ou les améliorer ; quelqu’un qui n’a pas décidé de porter attention à quoique soit et qui réponds automatiquement à des exigences extérieures (avoir un métier qui paye, une famille, un pavillon, et qu’importe ce qu’on pense ou ressent, il faut remplir un standard) y verra inconsciemment quelque chose qu’il doit acheter pour être « normal », pour ne pas être rejeté, pour briller en société. Le flow étant absent, l’extérieur peut exploiter le non-attentif à loisir, le manipuler à loisir.

Ce n’est pas qu’une question de se faire avoir ou non. Celui qui a une vocation, des centres de flow dans sa vie, qu’il a choisi, développé, alimenté, non seulement lui permettent d’appréhender la vie de façon plus volontaire, plus éclairée, mais lui apporte aussi du bonheur qui va au-delà du simple plaisir. La personne peut, via ce domaine de flow, résoudre des angoisses profondes sur le sens de sa vie :

« La capacité de concentrer son attention est le moyen ultime pour réduire l’anxiété ontologique, la peur de l’impuissance, la peur de la non-existence. C’est peut-être la raison principale pour laquelle l’exercice de concentration, quand il est subjectivement interprété comme libre, est une expérience si agréable. »

Flow and Foundations of Positive Psychology, Mihaly Csikszentmihalyi

À noter ici que très clairement, on parle d’une expérience optimale complète, avec motivation intrinsèque, mesurée en amont ou en aval par la conscience, donc vers une finalité considérée comme bonne par l’individu, pour la société dans laquelle il veut vivre (c’est-à-dire qu’il s’adapte en partie à la société, parfois via des rôles déjà définis, mais qu’il peut réinventer au quotidien vers ces idéaux ; cela peut être une adaptation plus rebelle, plus « hackeuse » ou carrément une œuvre de construction radicalement différente ; tout dépend du contexte de la société en question).

Ainsi, s’il y a une chose à retenir de ces recherches, c’est que ce à quoi nous portons attention fait notre vie, ainsi il vaut mieux choisir en toute conscience ce à quoi se dédie nos sens, nos efforts. Et cela devient d’autant plus vrai que nous parlons de plus en plus d’une économie de l’attention, qu’il y a des labos de captologie ; la captologie est un domaine d’études en informatique et des technologies numériques comme outils d’influence/de persuasion des individus, (à Stanford par exemple http://captology.stanford.edu/about) ; il y a déjà des disciplines anciennes qui travaillent à exploiter l’attention pour faire payer les personnes (le marketing, la publicité, le design des sites marchands comme par exemple les « black patterns » https://darkpatterns.org) : ce n’est plus qu’une question de vider notre porte-monnaie, mais de saisir notre attention pour qu’elle reste sur des sites, des applications, des jeux vidéo (basé sur la pub ou l’achat dans le jeu sur smartphone, Facebook,) car elle vaut de l’argent (pour les publicitaires souvent) ou des données personnelles extirpées qui pourront être revendues.

Pour comprendre l’économie de l’attention :

Connaître son ou ses flows c’est s’opposer directement à ces exploitations de l’attention : on choisit quoi, quand, pourquoi on cherche et investit notre attention à un sujet, une activité, et on n’est plus à la merci des voleurs d’attention. C’est la meilleure prévention contre la tendance à se laisser aller aux contenus clikbait (puisqu’on sait avant ce qu’on veut voir), contre la tendance à se laisser capter par les notifications et autres rappels des applications (on les coupe parce qu’on a mieux à faire que de se laisser interrompre tout le temps), contre la tendance à se laisser scroller sur les réseaux sociaux (parce qu’on n’attend pas de tomber sur quelque chose d’intéressant, on part en quête de cette info si besoin, donc on reste au contrôle du flux d’informations que l’on veut).

La captologie est déjà bien développée, mais il y a fort à parier que cela s’accélère dans le futur, ainsi la meilleure des préventions est de développer ses propres centres d’attentions et de réfléchir vraiment ce à quoi on veut passer du temps en terme d’engagement mental.

Une excellence vidéo à voir au sujet de l’attention et des exploitations « parasites » de celle-ci :


À quoi ça sert le flow ?


Même si les recherches, les témoignages et toutes les données sur le flow sont assez explicites sur pourquoi le flow est une expérience désirable, se poser cette question va nous permettre de résumer et peut être de mieux cerner pourquoi nous avons choisi de parler de cette thématique :

– Le flow est en soi une expérience plaisante, marquante pour des activités qui pourtant ne semblent pas l’être lorsque l’on n’est pas initiée à elles : par exemple l’escalade peut apparaître aversive pour les dangers physiques qu’elle comporte, rester assis pendant des heures à écrire peut sembler être une punition, faire du bricolage semble être une prise de tête alors qu’un tour au supermarché pourrait suffire à remplacer l’objet cassé. Or le flow advient par ces activités (et bien d’autres, d’apparence parfois plus pénible) et les personnes semblent fusionner avec leur action, cette concentration totale leur donne le sentiment d’être pleinement vivant, ici et maintenant, dans le meilleur de ce qu’ils peuvent donner.

Une expérience surement optimale que cette prise de photo, mais ça n’a pas du être évident d’être là, à ce moment là, il doit y avoir des conditions éprouvantes (le froid sans doute). Crédit photo : https://www.flickr.com/photos/139341581@N02/32577322271/

– Connaître le flow dans des activités permet de choisir et d’être motivé par les compétences que l’on va vouloir développer dans cette activité. Autrement dit, l’expérience optimale crée des vocations et permet un développement continu et exponentiel : la personne va chercher dans l’activité ou des activités annexes à celle-ci des défis de plus en plus difficiles pour maintenir une expérience optimale, et l’expérience du flow dans une compétence la rendra plus confiante pour d’autres. Elle saura d’expérience que les débuts sont difficiles, parfois repoussants, mais dès le premier stade de maîtrise le flow peut commencer à couler, et bien qu’il soit sensiblement différent selon que l’activité soit sportive, intellectuelle, manuelle ou ludique, il est toujours une expérience marquante qui s’inscrit dans notre identité.

– Le flow est un focus très intense de l’attention, le trouver c’est contrer par ailleurs des problèmes d’attention :

« Un jour, j’ai une copine qui m’a demandé ce qui m’a poussé à devenir développeur de logiciels. La réponse est simple : c’est une drogue. Plus généralement, comprendre des choses est une drogue pour moi. Lorsque je me retrouve face à un système que je ne comprends pas, c’est un réflexe : j’ai besoin de savoir. Lorsque je regardais des films avec des scènes d’informatique, plus jeune, ça me fascinait. J’avais besoin de comprendre comment ça fonctionnait. Aujourd’hui encore, lorsque j’arrive à faire fonctionner un système informatique qui me résiste, je ressens encore ce frisson. Je me sens comme un magicien qui vient de réussir son tour.

Le développement logiciel, c’est comme ça que j’atteins le flow, cet état de concentration et de satisfaction intense. Et je peux vous dire que, pour un hyperactif qui peine à se concentrer plus de 20 minutes sur la même tâche, c’est un état qui n’a pas de prix. Le développement logiciel, c’est ma drogue à moi. »

Augier, développeur

– Les compétences acquises via les expériences optimales sont tout autant d’outils pour vivre plus équipé face à toutes les situations difficiles de la vie : l’adversité n’est alors plus source de confusion, elle peut prendre sens parce que les compétences offrent une traduction du problème, pragmatique et concrète, même lorsque la compétence est intellectuelle. La personne peut lutter, résoudre, réparer, résister aux problèmes de façon positive et efficace, c’est-à-dire via l’exercice de son pouvoir au travers de ses compétences.

– Prendre en main son flow à motivation intrinsèque, lié à des objectifs à long terme, c’est choisir d’opposer une résistance puissante face aux exploiteurs d’attention, par exemple les médias aliénés à la publicité, les supports numériques faisant fond de commerce de l’attention. Certes, la personne sera par exemple toujours exposée à la pub, aux sujets des JT (eux-mêmes choisis pour la capacité à voler l’attention via le spectaculaire, la peur ; et pour des intérêts politiques : faire peur pour imposer plus facilement une politique sécuritaire), ou aux médias médiocres faits pour le profit lié à l’attention (vidéos aux titres clikbait aux sujets inintéressants), mais cette personne ne sera pas passive face à ces voleurs d’attention : il est possible qu’elle exploite en retour ce qu’elle a vu, possiblement pour la contrer, la critiquer, œuvrer en opposition, etc.

– Éprouver du flow à motivation intrinsèque s’oppose à la société de consommation qui elle, est basée sur des motifs extrinsèques : elle pousse à consommer pour l’ostentatoire (être « mieux » que son voisin, « avoir plus » que lui), pour pouvoir pavaner, exposer un statut supérieur, obtenir de la gloire, montrer sa richesse financière, et plus tristement, ne pas être moqué, ne pas être perçu comme inférieur, ne pas paraître comme un loser, ne pas être vu comme anormal, etc. Une personne guidée par sa motivation intrinsèque va certes continuer de consommer parce que c’est tout de même nécessaire pour la survie, mais pour rien au monde ne cessera de bricoler pour acheter dès que l’un de ses objets est cassé (parce que bricoler est source de son flow) ; ne cessera pas d’utiliser son vélo contre une voiture parce qu’elle aime trop en faire ; ne cessera de faire la cuisine pour acheter du surgelé parce qu’elle aime trop créer à partir d’ingrédients « bruts ». Il se pourrait même que l’absence d’outils ou instruments nécessaires soit prise comme un défi positif de la compétence et on le voit sur Internet sans renouveler l’exactitude de cette citation dont j’ai oublié l’auteur « le son de la guitare est dans les doigts ». C’est-à-dire que la compétence est en la personne et qu’elle peut se débrouiller à merveille sans le matériel qui est préconisé : on voit des illustrateurs faire des merveilles avec des stylos bille bas de gamme, des batteurs exceller avec des pots en plastiques, des sportifs qui font de la ville un « parkour », des écrivains qui préparent des romans entiers dans leur tête en garde à vue (Beigbeder, du moins c’est ce qu’il raconte dans un « un roman français »), des vidéos impressionnantes réalisées avec des trucs et astuces qui ne coûtent rien d’autre qu’un esprit de débrouille.

Autrement dit, la compétence à flow est la garantie d’une très forte autonomie face aux « manques » ou aux problèmes de la vie : la personne y verra un défi posé à sa créativité et cela augmentera ses compétences.

– Aider l’autre à éprouver du flow est sans doute la récompense ultime du superviseur ; par superviseur, nous entendons toute personne ayant en charge de s’occuper d’autrui et donc qui va lui transmettre quelque chose. Ce superviseur peut être le parent d’un enfant, son frère ou sa sœur, sa tante ou son oncle, son voisin… Superviser, c’est apprendre à une personne quelque chose, l’aider à résoudre un problème, lui transmettre un savoir ; cela peut consister à avoir le rôle de chef d’équipe, d’un formateur, d’un manager, d’un leader « naturel » dans une organisation horizontale (par exemple quelqu’un d’écouté, car très expérimenté dans son domaine), cela peut consister à avoir le rôle d’un animateur, d’un game designer, d’un concepteur d’environnement en tout genre. Transmettre, c’est être aussi militant, engagé, faire de l’éducation populaire, etc. On est tous superviseur et supervisé à tous moments de la vie. Lorsqu’on prend soin d’autrui, repérer les signes de flow chez autrui n’est pas inutile : si l’activité que l’on a enseigné/proposé/transmis et la façon dont on l’a transmise génère une concentration si absolue, c’est qu’on a totalement réussi notre mission. L’individu dont on s’est occupé a pu, grâce à notre soin et communication de cette activité, ou encore grâce à notre savoir ou notre compétence, y trouver un nouvel horizon de possibilité qui fait sens chez lui : le voici maintenant autonome avec cet horizon que nous lui avons proposé, se développant encore un peu plus, qu’importe son âge, le voici un peu plus complexifié grâce à notre transmission. Le flow étant une énergie très puissante, non seulement la personne va rapidement exceller à ce qu’on lui a proposé, mais il est possible qu’elle surprenne totalement le superviseur si celui-ci a à cœur de laisser libres les personnes ; voici un exemple où Céline Alvarez (qui a expérimenté une méthode Montessori « augmentée » des connaissances en neuro et psycho) bloquait une activité pour un enfant, le pensant trop jeune pour le défi, mais l’a finalement accompagné :

“Dans un cas encore plus extrême, la 1ere année, un jeune enfant de trois ans, Ilyes, voulait que je lui apprenne à lire : il souhaitait faire comme les autres enfants de moyenne section qui commençaient pour la plupart à lire des albums de jeunesse avec passion. C’était la première année d’expérimentation, et ce petit me semblait vraiment trop jeune pour cet apprentissage. Je l’orientai donc vers d’autres activités susceptibles de représenter pour lui un défi tout aussi important, mais – à mon sens – plus accessible. J’avais jugé qu’il ne retiendrait pas le son des lettres, alors même que je n’avais pas essayé de les lui présenter. Il insista sans doute trois ou quatre fois, et, voyant que je ne l’aiderais pas, il le fit tout seul. Un matin, il sortit les lettres rugueuses, les aligna sur un tapis de façon très ordonnée, en choisit une et se leva pour aller demander à un enfant de moyenne section le son de la lettre. L’enfant traça la lettre en prononçant le son. Ilyes retourna à son tapis et fit de même. Je regardai la scène avec tendresse, continuant de penser que c’était trop tôt ; néanmoins, je laissai faire. Lorsqu’il recommença les deux jours suivants, et que je m’aperçus qu’il retenait très bien le son des lettres, je décidai de filmer sa conquête, et ce fut une merveilleuse idée, car, au bout de trois semaines, ce petit connaissait suffisamment de lettres pour décoder un mot. Lorsqu’il se sentit prêt, il prit spontanément de courts tickets de lecture sur lesquels étaient inscrites de petites actions à effectuer (cette activité de lecture était destinée aux plus grands, déjà entrés dans la lecture). Je me précipitai alors pour prendre ma caméra avec l’idée de montrer à sa maman la courageuse tentative de son fils. Mais quelle ne fut pas ma surprise lorsqu’il parvint à décoder ce qu’il y avait écrit sur le ticket ! Le ticket qu’il avait entre ses mains indiquait : ‘Chante ! ’ (Avec deux digrammes qu’il lut comme n’importe quelle lettre). ‘Chhhhhaaannnte. Chante ! ’ dit-il victorieux, le visage illuminé par la joie et la fierté. Et il chanta. Il poursuivit ainsi avec le reste de tickets, me donnant ainsi une leçon que je ne suis pas près d’oublier.”

Les lois naturelles de l’enfant, Céline Alvarez

La suite : [FL9] Critiques : le flow une expérience qui est plus qu’une situation haut défi/haute compétence

Viciss Hackso Écrit par :

Attention, atteinte de logorrhée écrite et sous perfusion de beurre salé. Bisounours destructrice de choux-fleurs à temps partiel.

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
trackback

[…] Lire l’article[FL8] Nous sommes le produit de ce à quoi nous avons accordé de l’attention […]

Nos livres piratables